Black Friday : quelle place pour le commerce électronique ?

Régulations
black-friday-commerce-electronique

Tous les ans, la période des achats de fin d’année s’ouvre avec un grand jour de soldes : le Black Friday. Quels enjeux et quelles retombées pour le commerce électronique ?

Tous les ans aux Etats-Unis, le lendemain de Thanksgiving est marqué par un grand jour de soldes et de remises qui donne le coup d’envoi de la période des achats de fin d’année.

Baptisé ‘Black Friday‘*, cet événement reste, à l’image de Halloween, peu suivi en France, malgré quelques initiatives de la part des commerçants.

De l’autre côté de l’Atlantique, l’ambiance est frénétique.

L’année passée, les Américains avaient battu un record en dépensant 1 milliard de dollars pour faire leurs emplettes en ligne.

Conséquence du succès de certains produits comme les terminaux mobiles (+16% de ventes d’une année à l’autre) et plus particulièrement les tablettes iPad, les sites de commerce électronique avaient enregistré une forte hausse de trafic.

L’essentiel des achats se concentraient sur l’électronique grand public, mais les ventes en ligne progressaient également dans les secteurs de l’habillement (+17,5%) et de l’équipement pour la maison (+28%).

Les sites les plus fréquentés furent ceux d’Amazon, Walmart, Best Buy, Target et Apple.

Cette année encore, la firme de Cupertino joue le jeu jusqu’en France, avec des réductions de 5 à 10% sur l’ensemble de sa gamme.

Illustration avec l’iPad Air (qui passe de 489 euros à 454 euros TTC en version 16 Go Wi-Fi), l’Apple TV (21 euros d’économies) et tous les ordinateurs (MacBook Air, MacBook Pro, iMac), sur lesquels s’applique une remise de 101 euros TTC.

Certains grands groupes ont décliné le concept en instaurant notamment un Cyber-Monday, dédié au e-commerce et fixé cette année au 2 décembre.

Amazon a même organisé son opération ‘Cyber Week‘ sur une semaine complète, du lundi 25 au vendredi 29 novembre 2013, avec jusqu’à -50% sur certains produits high-tech.

D’autres enseignes s’en tiennent à la définition originale du Black Friday et en restreignent l’étendue aux États-Unis.

C’est le cas de HP, qui proposera, en partenariat avec Intel, une tablette Android à 89 dollars HT (environ 79 euros TTC), uniquement chez Walmart.

Mais le phénomène prend de l’ampleur en France, la Toile grouillant de bons plans.

De nombreux sites basés à l’étranger et proposant une livraison à l’international participent au Black Friday : le généraliste Lightinthebox, Geekbuying et DealExtreme pour les gadgets high-tech, Origin et Steam pour les jeux vidéo…

Du côté des distributeurs français, on privilégie les chèques et cartes-cadeaux : 10 euros crédités tous les 100 euros dépensés chez Darty, 20 euros en bons de réduction pour 100 euros d’achats chez Rue du Commerce, 15% d’avantages carte pour les adhérents de la Fnac, etc.

CDiscount centre son Black Friday sur l’informatique à l’occasion d’une opération longue durée, jusqu’au 19 décembre.

Les autres bénéficiaires de cette journée particulière pourraient être les services de cashback.

Ce système consiste à offrir aux consommateurs des remises selon le montant des achats effectués.

Pour en bénéficier, ceux-ci s’inscrivent sur un portail et réalisent leurs achats sur les sites partenaires.

Les sites de cashback sont alors rémunérés par les marchands sur le principe de l’affiliation.

walmart-black-friday
* Les origines de l’appellation ‘Black Friday’ remonteraient à l’époque où les commerçants tenaient leurs comptes à la main. La période creuse du mois de novembre était généralement reportée au stylo rouge sur l’échéancier, jusqu’à ce lendemain de Thanksgiving où les ventes records faisaient repasser le bilan en positif… noté à l’encre noire.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : êtes-vous au point sur les solutions e-commerce ?

Crédit photo : LDprod – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur