BlackBerry augmente le compteur des suppressions de postes

EmploiLicenciementsManagementMobilitéSmartphones
blackberry-licenciements-2015
3 0

La prochaine vague de suppressions de postes chez BlackBerry sera plus importante qu’initialement annoncé. La firme compte actuellement 6225 salariés.

BlackBerry rase encore un peu plus court dans sa masse salariale.

Engagé dans une restructuration déjà marquée par la suppression de plus de 10 000 postes et le départ de hauts responsables dont les cofondateurs, le groupe canadien avait annoncé, au mois de mai, un nouveau plan social impliquant à la fois des licenciements et des réaffectations.

On ne connaît toujours pas l’ampleur de cette coupe qui vise à « permettre une rentabilité durable » dans toutes les divisions de l’entreprise tout en repositionnant certains effectifs sur des segments de croissance. Mais il est désormais acquis qu’elle sera plus vaste qu’initialement annoncé.

Au dernier pointage officiel, BlackBerry compte 6 225 employés, dont la moitié travaille au Canada. Les quelque 3 000 autres sont répartis sur une trentaine de pays.

C’est sans doute là qu’il faut s’attendre aux principales réductions d’effectifs. Le ton a été donné en avril, BlackBerry annonçant son intention de fermer ses bureaux en Suède, mettant potentiellement près de 100 salariés sur la touche.

En première ligne, l’activité smartphones : la part de marché mondiale de BlackBerry dans le secteur est passée en dessous de 1 %, selon les mesures d’IDC et de Gartner.

La baisse du prix moyen de vente de ces terminaux mobiles – au même titre que la transition vers le modèle cloud – entraîne une contraction des marges, illustrée dans les derniers résultats trimestriels de la société (pour le 1er trimestre de l’année fiscale 2016, conclu le 30 mai).

Le bilan financier fait état de 28 millions de dollars de pertes, en excluant les changements de valeur dans la dette, note Silicon.fr. Mais BlackBerry table toujours sur un retour à la rentabilité pour la fin de l’exercice en cours.

Les logiciels de gestion de la mobilité en entreprise constitueront un levier majeur. Témoin les partenariats ambitieux noués avec Google autour d’Android for Work, de Samsung sur KNOX et de Salesforce avec son CRM.

Crédit photo : Jirsak – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur