Blend Web Mix : la #GalaxieNiel expose sa vision start-up

EntrepriseManagementStart-up
jean-de-la-rochebrochard-kima-ventures
4 17

Blend Web Mix 2016 (Lyon) : Jean de La Rochebrochard, Partner de Kima Ventures, et Roxanne Varza, coordinatrice du projet Station F, ont effectué le déplacement.

Quel est l’ADN des entrepreneurs qui réussissent ? Lors de l’édition 2016 du Blend Web Mix qui s’est déroulée la semaine dernière à Lyon, Jean de La Rochebrochard, Partner de Kima Ventures, a livré quelques clés sur le profil des créateurs de start-up en piochant dans le vivier d’entrepreneurs qui se sont rapprochés du fonds d’amorçage de Xavier Niel (Iliad-Free).

« Ce qui les caractérise tous, c’est leur obsession ! », assure-t-il d’emblée. Et de citer l’idée fixe de Jean-Daniel Guyot, co-fondateur de Captain Train (devenu Trainline.fr), qui ne parle que de billets de train et du temps qu’il fait gagner à chaque voyageur.

Ou encore de Damien Morin, fondateur de Save (spécialiste dans la réparation des smartphones), qui passe beaucoup de temps sur le terrain à visiter les corners, ces petits espaces de réparation de smartphones installés dans lez zones de chalandise.

Il pointe, amusé, l’attention obsessionnelle de Firmin Zocchetto, co-fondateur de PayFit pour le sujet aride des conventions collectives. Le logiciel en mode SaaS de la start-up automatise la création des fiches de paie après retro-ingénierie des réglementations en cours (un casse-tête pour les entreprises).

L’autre point commun entre tous les créateurs, c’est leur capacité à surmonter les difficultés. Jean de La Rochebrochard l’affirme crûment : « Entre le début de l’activité et l’éventuelle réussite, il y a 85 % d’emmerdes ».

Illustration des ennuis divers et variés (et parfois graves) avec Save : Malgré une levée de fonds de 15 millions d’euros, la société s’est retrouvée en redressement judiciaire mais l’enseigne qui veut soigner les smartphones cherche activement des moyens pour rebondir.

De son côté, Teddy Pellerin, co-fondateur de Heetch (service de raccompagnent en voiture des clubbers à domicile dans le segment des VTC), et de nombreux chauffeurs ont subi une garde à vue pour infraction à la législation, suite au conflit entre les taxis et Uber.

« Je me fous du produit si je ne perçois pas le sens du client qui est essentiel », poursuit Jean de la Rochebrochard. « Pour réussir, il faut être un peu schizophrène, être capable d’écouter mais être déterminé malgré des avis contraires, être humble qui est une qualité indispensable mais ambitieux sans écraser les autres de son égo ».

L’autre écueil, c’est de de perdre le sens des réalités. « A force de pitcher leur start-up, certains finissent par se mentir et mentir aux autres, c’est un très mauvais scénario », évoque Jean de La Rochebrochard.

Chaque start-up est unique, c’est pourquoi, il n’y a aucune recette établie même s’il faut respecter un fil rouge. « L’organisation est essentielle car un fondateur doit faire des dizaines de tâches et surtout, dans le bon ordre.

L’objectif « zero inbox » [par référence à zéro messages dans sa boite e-mail, NDLR]  doit être évident, tout en équilibrant la vie privée et professionnelle. Il faut se décider rapidement, c’est le rôle d’un dirigeant, et ne pas laisser des tâches inaccomplies. « Cela permet d’être disponible, ne serait-ce qu’un quart d’heure pour une demande importante. »

Une start-up, c’est souvent un leader (…) », considère Jean de La Rochebrochard. « Un leader doit émerger et le numéro deux doit l’accepter. Sinon, c’est lui qui saute dans la plupart des cas. Sans leader, plus de start-up. Il faut pour cela se parler en toute franchise ».

Enfin, le conférencier rappelle un élément basique pour tout créateur : la bienveillance du premier cercle qui l’entoure sans laquelle rien ne peut se faire.

Station F : point sur le chantier du méga-incubateur de Xavier Niel

Dans le prolongement de cette intervention de Kima Ventures, Roxanne Varza, qui supervise le projet de méga-incubateur parisien Station F pour le compte de Xavier Niel, a fait le point sur le chantier visant à créer un campus de 1000 start-up sur 34 000 m² à la Halle Freyssinet (XIIIème arrondissement).

Présenté comme le plus grand espace de jeunes pousses dans le monde, le complexe devrait ouvrir ses portes début 2017.

« Le terme Freyssinet est imprononçable dans certaines langues, c’est pourquoi nous avons adopté ce nom plus universel qui fait mention à Founders , Fellows, Freedom, Freyssinet », évoque Roxanne Varza.

Station F a déjà attiré 600 pré-candidatures depuis le mois de juin, glisse-t-elle dans sa brève présentation « en 10 secrets révélés » réalisée lors de la deuxième journée du Web Blend Mix.

Le gigantesque espace d’incubation de start-up, aménagé par le cabinet d’architectes Willmote & Associés, est présenté comme le vaisseau amiral de l’entrepreneuriat en Europe pour rassembler les initiatives disparates de l’écosystème numérique.

Dans le prolongement du chantier principal, un terrain a été acquis à proximité (à 3 km du campus sur à Ivry-sur-Seine) pour y construire trois tours visant à loger les jeunes entrepreneurs. Cette cité de start-uppers, nommée @home, devrait ouvrir courant 2018.

station-f-presentation


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur