Blockchain lève des fonds : pour un réseau Bitcoin plus performant

EntrepriseLevées de fonds
blockchain-levee-fonds

La société Blockchain, qui pilote un projet visant à accélérer les transactions sur le réseau Bitcoin, lève 40 millions de dollars.

Une participation de plus au portefeuille de Digital Currency Group.

La société d’investissement new-yorkaise spécialisée dans l’univers des cryptomonnaies accompagne un tour de table de 40 millions de dollars bouclé par la société Blockchain.

Le fonds européen Lakestar, qui a soutenu Spotify, Skype ou encore Airbnb, est également de la partie, au même titre que GV (fonds de capital-risque de Google) et Nokota Management (Starbucks, BlackBerry…).

Plusieurs actionnaires remettent au pot. Parmi eux, Lightspeed Venture Partners, Mosaic Ventures, Prudence Holdings et le groupe Virgin – dont le fondateur Richard Branson est aussi investisseur à titre individuel.

Fondé en 2013 par Nicolas Cary (président) et Peter Smith (CEO), Blockchain a conçu une gamme de services qui exploitent le réseau Bitcoin.

Outre un explorateur de blocs décrit comme « le croisement de Bloomberg et de Google pour les cryptomonnaies », l’entreprise propose d’ouvrir des portefeuilles accessibles sur Web et mobile. L’achat direct de bitcoins est possible depuis peu en Europe grâce à un partenariat avec Coinify.

La solution Lightning Network

Blockchain, c’est aussi une plate-forme de développement d’applications décentralisées, avec des API qui permettent par exemple la réception de paiements en bitcoins sur des sites Web.

Au rang des projets d’avenir, il y a Thunder, lancé en alpha voilà un an.

Il s’agit d’une implémentation du Lightning Network, qu’on peut conceptualiser comme un réseau P2P de canaux de paiement fonctionnant en parallèle d’une blockchain, pour décharger cette dernière de certaines opérations.

Dans le cas de Thunder, le traitement « off-chain » de certaines transactions doit permettre de résoudre les problèmes de montée en charge que rencontre la blockchain de Bitcoin. On nous annonce que « quelques milliers de nœuds » suffisent à dépasser la capacité du réseau Visa (100 000 transactions par seconde).

Les promesses : des opérations validées quasi instantanément et à moindres frais du fait de la mise en concurrence des nœuds participants, avec des applications potentielles dans le domaine du micropaiement ou de l’échange de valeur entre machines.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur