BNP Paribas navigue entre forfaits mobiles et m-banking avec Orange

Marketing
m-paiement PayPal s'associe à SoftBank

BNP-Paribas s’essaie à la téléphonie mobile et commercialise, en partenariat avec Orange, quatre forfaits voix et données auxquels s’adjoignent des services bancaires et de paiement mobile.

Les banques et organismes de crédit s’improvisent peu à peu opérateurs mobiles.

BNP Paribas prend les devants pour donner, en tandem avec Orange, le la d’une démocratisation du paiement électronique sur terminaux mobiles.

A cet effet, depuis ce 24 novembre, en ligne et sur site (2250 agences en France), les clients du réseau sont éligibles à une gamme de quatre forfaits auxquels s’adjoint un écosystème banquier, voire boursier.

Outre ces indispensables solutions de paiement électronique, les souscripteurs disposent en effet d’un fil d’actualités AFP, d’un support téléphonique et d’un coffre-fort personnel destiné à entreposer des documents numériques.

La connexion à cet espace privé s’effectuera en Wi-Fi ou via la 3G, sur le réseau d’Orange, à hauteur de 500 mégaoctets à 2 gigaoctets mensuels (selon la formule), avec limitation du débit au-delà.

Au catalogue des réjouissances, 8 smartphones a priori sans autre subvention que celles en vigueur chez Orange.

Trois modèles haut de gamme embarqueront le système Cityzi et ses services de paiement électronique : l’Acer Liquid Express d’Acer, le Galaxy S2 de Samsung et le BlackBerry Curve 9360 de RIM.

Un argument supplémentaire dans l’optique de pousser l’usage du NFC dans le quotidien des particuliers.

Avec le service de paiement électronique sur mobile KIX, BNP Paribas veut inciter ses clients à régler leurs achats quotidiens via leur mobile estampillé du label Cityzi qui permet de reconnaître les services mobiles sans contact.

Le protocole de communication NFC à courte portée semble s’imposer comme un concept à part entière, en qualité d’alternative au paiement physique, par le biais de solutions matérielles telles que les cartes à puce.

Mais avant de faire d’une pierre deux coups en proposant au mobinaute deux composantes indissociables (le terminal et le NFC), il faudra séduire les commerçants, dont les seuls Niçois et Strasbourgeois se sont jusqu’à présent montrés réceptifs à l’appel.

La mise en place, à l’horizon 2012, de projets-pilotes à Marseille, Lille et Bordeaux laisse augurer d’un avenir plus florissant.

En chef de file, la ville de Caen fut, au début du mois, le théâtre de concertations au cours desquelles les grands acteurs du segment ont semblé accorder leurs violons, alors que se multiplient les initiatives.

A la dimension mobile, PayPal adjoint ainsi l’interprétation des codes-barres, une alliance qui se matérialise avec Red Laser, officialisé en version 3.0.

Avec Flow, A9.com, filiale d’Amazon intronise dans le débat la réalité augmentée, quand Cdiscount édite sa propre carte bancaire, Google donnant son service Checkout en pâture à son porte-monnaie électronique (Google Wallet).

Comme l’évoque Silicon.fr, le Crédit Mutuel et Cofidis pourraient à terme imiter BNP Paribas.

Crédit photo : ©-bannosuke-Fotolia-com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur