Botnet GameOver Zeus : une grosse prime du FBI pour coffrer Bogachev

RisquesSécuritéVirus
gameoverzeus-fbi-wanted-bogachev

Accusé d’avoir exploité le botnet GOZ et d’avoir détourné 100 millions de dollars, le pirate Evgeniy Bogachev est dans le collimateur du FBI.

Il est devenu le cyber-ennemi numéro un : Evgeniy Mikhailovich Bogachev.

Aux Etats-Unis, les autorités policières et judiciaires sont prêtes à offrir jusqu’à 3 millions de dollars de récompense pour des informations pouvant favoriser l’arrestation de ce cyber-criminel.

Le plus recherché et le plus prolifique des pirates, estime le FBI. “Il résiderait actuellement en Russie mais il peut voyager”, selon l’avis de recherche diffusé par la police fédérale.

N’en jetez plus : Bogachev est accusé de racket, fraude bancaire et électronique, intrusion dans des réseaux électroniques, vol d’identité, blanchiment d’argent…

Principal méfait exposé : le détournement de 100 millions de dollars à des particuliers ou des entreprises aux Etats-Unis (mais aussi dans le reste du monde) en administrant le botnet GameOver Zeus.

C’est une version améliorée du malware original Zeus apparu en 2007 qui avait infecté 13 millions d’ordinateurs selon des données Microsoft en 2012.

Cette déclinaison sophistiquée est conçue pour subtiliser les codes d’accès des comptes bancaires et autres services confidentiels.

GOZ permet de récupérer les données tapées sur un clavier d’ordinateur (comme les identifiants et mots de passes) mais aussi d’entraîner les internautes vers des fausses pages d’accès permettant l’aspiration détournée des fameux sésames.

L’agence de sécurité intérieure (FSB) serait intéressée de collaborer avec le FBI sur les questions de cyber-criminalité. Sans évoquer expréssement le cas Bogachev accusé d’avoir infecté à lui seul un million d’ordinateurs.

L’exploitation du malware, identifié par l’US-Cert en septembre 2011, a fait l’objet d’une enquête à partir de 2012. Celle-ci a impliqué plus d’une dizaine de pays, dont la France.

En mai 2014, une opération de police avait permis de frapper le réseau GameOver Zeus en coupant une grande proportion d’accès réseaux aux ordinateurs infectés.

Mais la menace GOZ sur les systèmes Windows demeure.

Selon Joseph Demarest, à la tête de la division de la lutte contre la cyber-criminalité au FBI, une soixantaine de groupes pirates seraient susceptibles de menacer les intérêts vitaux de la nation.

cybercriminalite-FBI-wanted-bogachev
Avis de recherche diffusé par le FBI : une prime jusqu’à 3 millions de dollars

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur