Bouillonnement autour du GSM

Mobilité

Le congrès GSM 2000 à Cannes s’achève avec la généralisation de nouveaux services dédiés à la téléphonie sans fil, qui vont de l’organiseur de poche relié par les airs à un intranet jusqu’à la localisation des abonnés.

Même si l’essor de l’Internet mobile reste souvent associé aux “hauts” débits du standard GPRS, les réseaux GSM devraient apporter dans les prochains mois une floraison de nouveaux services mobiles. A l’occasion du salon GSM 2000 qui se déroulait jusqu’au 4 février à Cannes, France Télécom a annoncé l’expérimentation d’un bouquet de services Itinéris reliant sans fil des flottes d’organiseurs à un intranet d’entreprise. Au grand dam de Microsoft et de son système d’exploitation allégé Windows CE, ce sont les PC de poche sous Palm OS qui ont été sélectionnés pour l’occasion, ainsi que les logiciels et les serveurs Netfinity d’IBM.

Destinés aux travailleurs nomades, ces services permettront de consulter sur son organiseur Palm un agenda partagé, un répertoire ou d’accéder à son courrier électronique. L’accès au serveur de l’entreprise fournit un moyen pratique de synchronisation de données, par exemple un catalogue de prix. Certes, les faibles débits du GSM ne permettent pas la mise à jour de fichiers trop volumineux. Mais ce type de services a déjà des émules et se développe en France. Ainsi, l’an dernier, plus de 1 000 responsables commerciaux répartis chez les concessionnaires du constructeur automobile Fiat ont reçu un assistant Palm IIIx pour avoir leurs tarifs sous la main à chaque instant (voir édition du 28 octobre 1999). L’opérateur mobile Itinéris commencera à commercialiser ces services sans fil vers la fin de l’année.

L’opérateur a aussi présenté l’offre matérielle PicoNode de Nortel pour relier des mobiles Itinéris à un autocommutateur d’entreprise. Sur un site, les salariés qui passent des appels internes profitent dès lors des fonctions du PABX, tout en permettant à la société de faire des économies sur la facture des télécoms. Selon France Télécom, le système PicoNode a été testé pendant plusieurs mois au siège social de Nortel, avec environ 200 mobiles connectés et, au final, un résultat jugé positif.

Autre service, Alcatel et Gemplus ont annoncé le lancement en cours d’année d’une offre de localisation des abonnés GSM, à l’aide d’une carte à puce. L’enjeu est de proposer aux abonnés de rechercher et lire sur leur mobile compatible WAP l’adresse ou la localisation d’un restaurant, hôtel ou magasin tout proche. Le système fait intervenir le serveur HomeTop d’Alcatel, qui n’accepte la localisation que si l’utilisateur fournit un identifiant associé à une carte à puce. S’il semble réduire le risque de pistage des abonnés sans leur consentement, le recours à la carte délivre en même temps des informations personnalisées qui permettent d’affiner la recherche d’un lieu souhaité… Mais on s’éloigne tout de même de l’hypocrisie de CellPoint, qui a présenté un service de localisation encore plus intrusif (voir édition du 4 février 2000).

Enfin, d’autres partenariats ont été noués. Bouygues Telecom s’est rapproché de Microsoft pour intégrer les contenus et le moteur de recherche du portail MSN (actualités, météo, etc.) dans son bouquet pour mobiles. Il est vrai que la firme de Redmond multiplie les rapprochements avec les acteurs des télécoms mobiles. Le site de notre confrère américain Cent rapporte qu’un courrier interne envoyé par erreur à l’un de ses journaliste évoque la préparation d’accords majeurs entre Microsoft et AT&T ou British Telecom. Promis à un bel avenir, l’Internet sans fil menace clairement l’hégémonie de Windows qui s’est imposé sur les PC de bureau. A l’exemple de France Télécom, les opérateurs et fournisseurs de services sont nombreux depuis quelques mois à bouder un Windows CE jugé gourmand en mémoire et peu efficace. On peut donc s’attendre à une riposte importante de la part de l’éditeur de Seattle.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur