Bourse : le bitcoin se remet de son rejet par la SEC

E-paiementMarketingRégulations
bitcoin-homologation-repoussee-SEC
3 2

La SEC a rejeté une demande d’homologation d’un fonds indiciel spécial bitcoin. C’est trop tôt, suggère le gendarme de la Bourse aux Etats-Unis.

La monnaie virtuelle bitcoin parviendra-t-elle à séduire la SEC ? Ce n’est pas évident.

Vendredi dernier (10 mars,), l’autorité de régulation des marchés boursiers aux Etats-Unis a rejeté une demande d’homologation d’un fonds indiciel (ETF en anglais) spécial bitcoin.

Motifs de rejet par le gendarme des marchés financiers : « Le bitcoin en est à un stade de développement relativement peu avancé. »

Néanmoins, la porte reste ouverte : « Avec le temps, des marchés bitcoin réglementés d’une taille importante pourraient se développer. »

Si la démarche d’homologation officielle avait marché, elle aurait permis de mieux suivre l’évolution du cours du bitcoin et de procéder à des achats/ventes en la considérant comme une devise normale à l’instar de l’euro ou du dollar.

D’autres arguments officieux pourraient expliquer cette réticence de la part de la SEC. Le bitcoin est très volatile et il échappe au contrôle des banques centrales et des Etats.

La monnaie virtuelle sert aussi de monnaie d’échange pour les pirates (lorsque l’on est victime de ramsonware par exemple).

De plus, il n’est pas rare que des places de marché soient hackées à cause de lacunes en termes de sécurité.

Opportunités et menaces avec le bitcoin ? Le débat reste ouvert.

Le cours du bitcoin (via l’indice CoinDesk) avait souffert à l’annonce de la SEC. De 1285 dollars, il a chuté  en une journée de 15% pour se retrouver aux abords de 1000 dollars. Depuis, le cours est remonté à 1250 dollars.

Les frères Winklevoss actifs sur le bitcoin

La SEC doit encore se pencher sur le cas de deux autres demandes d’homologation d’ETF bitcoin.

Celle qui vient d’être rejetée avait été introduite par les frères jumeaux Cameron et Tyler Winklevoss.

Ils sont connus pour avoir investi dans Facebook à sa genèse en 2004 à l’Université de Harvard (mais la collaboration avec Mark Zuckerberg avait mal tourné au point de déboucher sur une procédure judiciaire).

Depuis, ils se sont tournés vers le bitcoin en investissant dans des start-up comme BitInstant (mais son CEO avait été interpellé en 2014 pour blanchiment présumé d’argent). Ils ont aussi lancé leur propre indice d’évaluation du bitcoin (WinkDex).

Malgré la barrière de la SEC, Tyler Winklevoss demeure optimiste à propos de cette démarche d’ETF. « Nous restons engagés dans la voie visant à introduire le bitcoin sur le marché. Nous sommes impatients de poursuivre la collaboration avec la SEC dans ce sens. »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur