Bouygues prêt pour l’i-mode, sceptique sur l’UMTS

Mobilité

L’i-mode français devrait, selon Bouygues Telecom, être disponible pour les fêtes de fin d’année. Le terminal d’origine japonaise serait si performant sur le réseau GPRS que Martin Bouygues n’a pas caché son scepticisme sur l’UMTS lors de la présentation des résultats de son groupe.

En présentant ses premiers résultats financiers positifs -&Bouygues Telecom a dégagé 65 millions d’euros de résultat net au premier semestre 2002 contre une perte nette de 109 millions d’euros au premier semestre 2001 – Martin Bouygues a réaffirmé plus que jamais son engagement envers l’i-mode. A la différence de ses concurrents français, Bouygues avait préféré miser sur les terminaux japonais de l’opérateur NTTDoCoMo (voir édition du 17 avril 2002). Ce dernier devrait ainsi être commercialisé pour les fêtes de fin d’année, a déclaré Martin Bouygues .

L’appareil, qui fonctionne sur réseau GPRS, serait si performant que Martin Bouygues n’a pas hésité à dire que l’i-mode associé aux technologies intermédiaires GPRS/Edge lui paraissait à ce jour être le meilleur relais pour le développement du multimédia mobile. Exit l’UMTS ? Bouygues Telecom assure que non, même si son président n’a pas caché mercredi qu’il était toujours sceptique quant au développement de la téléphonie mobile de troisième génération. Bouygues Telecom avait d’ailleurs refusé, dans un premier temps, de se porter candidat à une licence UMTS (voir édition du 30 janvier 2001) avant de se porter candidat lors un second appel d’offre (voir édition du 15 mai 2002). Reste que Martin Bouygues, pour rassurer tout le monde, déclare avoir les moyens financiers nécessaires au déploiement de l’UMTS. Et de se préparer à une augmentation de capital pour financer cette technologie.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur