Bouygues Telecom bétonne son soutien aux jeunes pousses

Mobilité

A travers Bouygues Telecom Initiatives, l’opérateur met sur place une structure d’incubation et d’un fonds d’investissement pour l’amorçage.

Bouygues Telecom veut développer son propre “éco-système” lié à l’innovation sous deux formes : l’incubation de start-up et la prise de participation dans des jeunes pousses jugées prometteuses. Le programme s’appelle Bouygues Telecom Initiatives.

“Pour la partie incubation, nous sommes susceptibles d’accompagner le produit ou service de la start-up du prototype jusqu’au pilote”, explique Arnaud Michard, expert en Développement et Innovation chez Bouygues Telecom en charge des partenariats dans le cadre du programme Initiatives.

Les start-up sélectionnées seront hébergés dans les locaux de la filiale mobile du groupe Bouygues. Elles pourront bénéficier de compétences en interne : finances, marketing, ressources humaines, juridique… L’opérateur mobile est prête à investir “plusieurs dizaines de milliers d’euros par projet” au sein de l’incubateur.

Encore plus impliquant, Bouygues Telecom pourrait prendre une participation minoritaire dans les jeunes pousses. “Ce serait considéré comme du fonds d’amorçage”, commente Arnaud Michard. L’opérateur serait prêt à investir entre 100 000 et un million d’euros en fonction des projets. Sachant qu’il compte prendre position dans cinq à dix dossiers par an.

Deux contrats en cours

Il est facile de deviner les thèmes de prédilection de Bouygues Telecom : accès Internet, objects communicants, convergence fixe-mobile… Les start-up qui s’engagent doivent s’attendre à des clauses d’exclusivité. “En échange de notre soutien, nous pourrions leur demander des contreparties. Par exemple, une exclusivité sur les produits et services sur une durée déterminée”, explique Arnaud Michard.

Le sous-site Internet dédié permet de découvrir le nouveau programme. Les candidatures sont à déposer en ligne. “Les instructions des dossiers sont faits en quelques jours. Si le projet présente suffisament d’intérêt, il est examiné par un comité de sélection, qui est composé de responsables de directions opérationnelles et qui se réunit tous les deux mois. Une première réunion a eu lieu en novembre. Deux contrats avec des start-up sont en cours”, explique notre interlocuteur.

De son côté, “Le nouvel SFR” développe également une politique de repérage de sociétés IT à fort potentiel. A travers sa branche SFR Développement, la filiale mobile du groupe Vivendi dispose d’un fonds d’investissement “high tech early stage”. A fin 2008, SFR Développement a investi de façon minoritaire dans 16 start-up.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur