Bouygues Telecom dépose son dossier de candidature UMTS

Mobilité

Alors que Bouygues Telecom annonce avoir déposé auprès de l’ART un dossier de candidature pour une licence UMTS, aucun autre candidat ne s’est déclaré pour la quatrième licence, à un jour seulement de la date limite de dépôt des dossiers.

Le troisième opérateur français, Bouygues Telecom, vient de déposer son dossier de candidature à une licence UMTS auprès de l’ART. L’opérateur, qui avait annoncé le 17 avril dernier son intention de se porter candidat à une licence de téléphonie de troisième génération (voir édition du 17 avril 2002), a donc formalisé sa demande à un jour de la date limite de dépôt des dossiers. Bouygues Telecom a précisé qu’il déploiera son réseau dès 2003 pour un lancement commercial fin 2004. A la différence de ses deux concurrents, Orange et SFR, Bouygues Telecom a opté pour l’i-mode plutôt que pour le Wap.

Bouygues Telecom avait créé la surprise en refusant de participer au premier appel d’offres fin janvier 2001 (voir édition du 30 janvier 2001), jugeant le prix (4,9 milliards d’euros) trop élevé. Seuls deux opérateurs, Orange (filiale de téléphonie mobile de France Télécom) et SFR (groupe Vivendi Universal) avaient fait acte de candidature auprès de l’ART, ce qui avait contraint l’Etat à lancer un second appel à candidatures pour les deux licences restantes, et surtout à revoir le prix des licences. La facture a ainsi été ramenée à 619 millions d’euros auxquels s’ajoute une redevance de 1 % du chiffre d’affaires généré par l’exploitation de l’UMTS (voir édition du 2 janvier 2002). Bouygues a ainsi estimé que les investissements consacrés au déploiement du réseau UMTS “devraient approcher les 4 milliards d’euros, soit un montant proche de l’investissement consenti pour le réseau GSM”.

Malgré cette baisse importante, aucun autre opérateur ne s’est déclaré. La quatrième licence devrait donc rester sans acquéreur.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur