Bouygues Telecom voit une éclaircie en 2016 mais c’est compliqué pour l’instant

4GMobilitéOpérateursRéseaux

Les résultats 2014 de Bouygues Telecom sont inquiétants. Même si l’opérateur fait preuve d’un certain dynamisme dans la 4G et le fixe.

La position de Bouygues Telecom – à la fois au sein du groupe Bouygues et sur le marché des télécoms – reste délicate.

Avec la publication des résultats financiers du groupe de Martin Bouygues, on mesure la difficulté pour l’opérateur à devenir profitable. Et c’est un euphémisme.

Le chiffre d’affaires est en baisse de 5% à 4,43 milliards d’euros et l’EBITDA (indicateur de la gestion au jour le jour) s’est tassé à 694 millions d’euros (contre 880 millions l’an passé).

Bouygues Telecom affiche désormais une perte opérationnelle (-65 millions d’euros) contre un résultat d’exploitation positif à 125 millions d’euros l’an passé.

C’est la bascule aussi pour le résultat net avec une perte affichée de 41 millions sur l’année 2014 alors qu’il était encore positif l’an précédent (+11 millions en 2013).

Dans la communication financière, le message de Martin Bouygues s’adresse à toutes les branches du groupe: “Je suis confiant dans la capacité de chacun des métiers du groupe à se réinventer pour saisir les opportunités sur tous leurs marchés et renouer avec la croissance en 2016.”

Une certaine pression est maintenue sur Olivier Roussat, P-DG de Bouygues Telecom, en raison de la concurrence intense dans le secteur. Alors que l’opérateur demeure une cible en vue d’une consolidation du marché. Encore récemment, Altice, maison-mère du nouvel ensemble Numericable-SFR, dévoile clairement son jeu en la matière.

Dans sa communication financière, le groupe Bouygues assure “qu’avec le plein effet du plan de transformation de Bouygues Telecom qui aura été intégralement déployé en 2015 et la réalisation de 300 millions d’euros d’économies (par rapport à fin 2013), le cash-flow libre [capacité d’auto-financement, ndlr] de Bouygues Telecom redeviendra positif”.

En matière d’infrastructures mobiles, l’année 2015 devrait être celle du démarrage effectif du partage de réseau avec le groupe Numericable-SFR.

L’opérateur compte rester compétitif pour la couverture 4G au niveau national (71% de couverture soit 2786 villes ouvertes) et accélérer le déploiement de sa formule “dopée” 4G+ dans les plus grandes villes de France (15  pour l’instant).

Selon le décompte de l’opérateur, 28% de la clientèle mobile de l’opérateur exploite la 4G. La proportion était de 9% à fin 2013. “Ils sont ainsi les plus gros consommateurs d’Internet mobile du marché français et représentent 34% du parc de clients 4G en France”, assure l’opérateur.

Mais il est difficile de stabiliser la base clients mobiles malgré la simplification du catalogue d’offres : 11,1 millions de clients mobiles à fin 2014 (- 22 000 clients en un an, néanmoins le parc forfait dépasse la barre des 10 000 clients).

Dans le domaine du fixe (HD et THD), Bouygues Telecom s’est montré offensif en 2014 avec l’émergence d’une offre triple play Bbox à 19,99 euros.

Et cela porte ses fruits en termes d’acquisition clients : 415 000 nouveaux clients acquis en 2014 (dont 110 000 au quatrième trimestre).

Fort des accords signés avec Numericable-SFR et Orange dans le très haut débit, Bouygues Telecom estime qu’il sera en mesure à terme de cibler 6,5 millions de foyers avec la fibre à domicile ou FTTH (2 millions visés à fin 2015).

nouveau-logo-bouygues-telecomGlobalement, Bouygues Telecom revendique à fin 2014 un parc total de 13,5 millions de clients.

Signalons également l’arrivée d’un nouveau logo chez Bouygues Telecom (voir photo à gauche) à l’occasion de la présentation des résultats financiers.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur