Box ajoute Google Docs à son rayon productivité cloud

CloudData-stockage
resultats-box-t1-2017
5 3

Après avoir monté des passerelles avec les outils de productivité de Microsoft, Box fait de même avec la suite bureautique de Google.

Toujours pas rentable (38 millions de dollars de pertes sur son dernier trimestre d’activité ; 168 millions au cours de l’exercice fiscal 2015), Box continue de creuser la voie des partenariats pour alimenter sa stratégie BtoB.

Dans la lignée de l’alliance avec Microsoft autour des outils de productivité, des jonctions s’établissent avec Google Docs.

La suite bureautique est intégrée dans l’interface de Box, qui fera office de solution de stockage sécurisée pour l’ensemble des documents.

Le partenariat porte aussi sur Springboard.

Box devrait bientôt être pris en charge par ce moteur de recherche qui exploite des technologies d’intelligence artificielle pour faire remonter l’information pertinente aux utilisateurs des Google Apps – à l’image de l’outil Delve, que Microsoft a greffé à Office pour cartographier l’ensemble des interactions entre les utilisateurs.

Pour Box, ce sont autant de services supplémentaires* intégrés à une offre présentée sous l’angle de la « plate-forme collaborative sécurisée ».

Salesforce est déjà dans la boucle, au même titre que WebEx (Cisco), NetSuite ou encore DocuSign. Un écosystème qui contribue à la progression du montant moyen des contrats et au maintien d’un taux de churn relativement bas, autour des 3 %.

Au-delà des offres logicielles, Box a des partenariats sur l’infrastructure. Par exemple avec Amazon Web Services sur un système de gestion centralisée des clés de chiffrement, avec des appliances cryptographiques qui peuvent être virtualisées.

AWS propulse également, aux côtés d’IBM, l’offre Box Zones, qui permet le stockage de données dans plusieurs zones d’Europe est d’Asie. Idéal pour les clients soumis à des contraintes réglementaires.

* Dans le même esprit, on citera Box Platform. L’offre reprend le socle technologique de Box (gestion de contenu, sécurité, collaboration) et permet aux entreprises de l’intégrer dans leurs propres applications, Web ou mobiles. Elle introduit un nouveau type de profil utilisateur, « exclusif » en ce sens qu’il est propre à chaque app, avec ses permissions associées.

Crédit photo : fotogestoeber – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur