Bpifrance parie sur une timide embellie pour les PME en 2015

EmploiManagement
Bpifrance-PME
3 21

Selon sa 61ème enquête de conjoncture dans les PME pour le 1er semestre 2015, Bpifrance table sur un certain redressement des perspectives d’activité, variable selon les secteurs.

Tout ne va pas si mal pour les petites et moyennes entreprises françaises. Selon Bpifrance,  qui publie sa 61ème enquête de conjoncture pour les PME sur le premier semestre 2015, la tendance est à l’embellie, avec un redressement des perspectives d’activité, mais sur un mode lent et dispersé.

Ces perspectives d’activité ont enregistré un bond par rapport à novembre 2014, mêmes si elles demeurent moins dynamiques qu’escomptées.

Bpifrance note que, en mai dernier, les PME ont anticipé une progression de 31% de leur chiffre d’affaires pour 2015, et 27% une baisse.

Ces chiffres dévoilent une situation disparate selon les entreprises. Les PME innovantes et évoluant à l’international vont connaître une reprise bien plus marquée, en particulier celles implantées sur les secteurs de l’industrie et des services aux entreprises.

Viennent ensuite des secteurs encore en stagnation, comme les PME liées aux domaines des transports, du commerce et des services aux particuliers. En queue de peloton, on retrouve les secteurs du tourisme et de la construction, qui comprend davantage de TPE et d’entreprises non innovantes.

Bpifrance reste sur une note positive, en mettant en perspectives les bons résultats découlant des mesures de soutien en faveur des entreprises, avec, comme bilan, « un desserrement de la contrainte de trésorerie » et une « amélioration confirmée de la rentabilité ».

Toutefois, les intentions d’investissement cette année concernent 45% des PME de l’échantillon, contre 60% en moyenne avant la crise de 2008-2009, les conditions de demande restant encore insuffisantes.

Mais l’enquête de Bpifrance souligne que les choses pourraient bouger au second semestre, avec une levée perceptible des freins à l’investissement : frémissement de la demande, maintien du faible coût du crédit et redressement progressif de la rentabilité.

 

Méthodologie de l’enquête :
A l’occasion de la 61ème enquête semestrielle, 28 600 entreprises des secteurs marchands non agricoles, de 1 à moins de 250 salariés, et réalisant moins de  millions d’euros de CA ont été interrogées début mai 2015.

 

Crédit image : Maslowski Marcin – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur