Brésil : black-out de WhatsApp pendant 72 heures

Data-stockageJuridiqueLégislationRégulations
whatsapp-bresil-suspension-justice
2 0

Sur décision de justice au Brésil, l’usage de WhatsApp est suspendu pendant trois jours. Une manière de mettre la pression sur la maison-mère Facebook pour qu’elle collabore aux enquêtes criminelles.

Depuis lundi midi, les Brésiliens sont privés de WhatsApp. Et ce, pendant 72 heures. Une injonction judiciaire a été émise dans ce sens et les opérateurs télécoms locaux doivent s’y plier.

C’est le juge Marcel Maia Montalvão qui a décidé cette interdiction momentanée de l’usage de l’application de messagerie instantanée de Facebook dans le pays.

Cette mesure drastique a été prise en raison d’une enquête en cours liée à la criminalité organisée et le trafic de drogues menée par le tribunal de Lagarto (ville du centre de l’État du Sergipe).

Alors que la justice cherche à récupérer des informations diffusées via WhatsApp en lien avec cette investigation, Diego Dzodan, responsable de Facebook au niveau local, a été brièvement placé en garde à vue le mois dernier. Mais il refuse de transmettre les informations exigées par les autorités.

Un cas similaire s’était produit en décembre 2015. Un juge de Sao Paulo avait ordonné la coupure de WhatsApp pendant une durée de 48 heures. Cette fois, Facebook avait refusé de se soumettre à une requête d’écoute électronique en lien avec une autre affaire de stupéfiants.

Cette nouvelle suspension infligée à WhatsApp survient alors que le Congrès brésilien examine un projet de loi susceptible d’affaiblir la confidentialité des communications électroniques.

Dans un message posté sur Facebook, Jan Koum, cofondateur de WhatsApp, organise la défense de Facebook. « A nouveau, des millions de Brésiliens innocents sont punis parce qu’un tribunal exige que WhatsApp fournisse des informations que nous ne disposons pas. Non seulement nous chiffrons les messages de bout en bout sur WhatsApp afin d’assurer la sécurité et la confidentialité des messages, mais nous ne conservons pas l’historique des chats sur nos serveurs ».

(Crédit photo : g0d4ather / Shutterstock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur