Brevets Android : Dell passe à la caisse de Microsoft

MobilitéOS mobilesRégulations
microsoft-dell-android

Comme de nombreux groupes high-tech, Dell versera une compensation financière à Microsoft pour produire des terminaux Android.

Les terminaux Android de Dell sont désormais couverts par un accord de licences signé avec Microsoft.

Le groupe informatique américain cède à son tour face à la stratégie dissuasive du premier éditeur mondial, qui revendique sa propriété intellectuelle sur un portefeuille de brevets relatifs à l’OS mobile de Google. Préférant quasi systématiquement les négociations en bons termes aux procédures judiciaires à l’issue incertaine, les sociétés high-tech rentrent une à une dans le rang. Elles passent alors à la caisse, s’acquittant généralement d’une compensation financière forfaitaire pour chaque produit vendu.

Les éléments récemment communiqués par le cabinet d’études Nomura suggèrent que ce programme d’exploitation de brevets – mis en place en 2003 – fait gagner à Microsoft plus de 2 milliards de dollars par an, avec une marge de 95%. D’autant plus importante qu’Android a conquis, au dernier pointage d’IDC, 80% du marché des OS pour smartphones, cette manne financière permettrait notamment de camoufler le gouffre laissé par les activités de la division “Entertainment & Services”. Celle-ci gère entre autres le business des consoles Xbox.

En dix ans, la firme de Redmond a rallié à sa cause plusieurs dizaines d’entreprises parmi lesquelles Samsung, ZTC, HTC et Acer… mais aussi le sous-traitant Foxconn, qui a choisi la voie des royalties pour s’en tirer à bon compte. L’un des brevets régulièrement mis en jeu concerne l’implémentation du protocole ActiveSync. Microsoft fait valoir les droits de licence qui lui ont été concédés au printemps 2012 dans un litige face à Motorola, à l’initiative de la Commission internationale du commerce, laquelle dispose de prérogatives de régulation du marché américain.

Un constructeur a toujours refusé de se plier à ces exigences : Motorola Mobility et son impressionnant portefeuille de brevets. La situation pourrait toutefois évoluer une fois finalisé le rachat de l’entreprise américaine par Lenovo. Le groupe électronique chinois a investi 2,9 milliards de dollars dans cette acquisition réalisée en début d’année auprès de Google… qui avait lui-même absorbé Motorola Mobility en 2012, pour 12,5 milliards de dollars, essentiellement pour récupérer des brevets.

Comme le note Reuters, l’accord passé avec Dell englobe également les appareils équipés de Chrome OS. C’est-à-dire, à l’heure actuelle, un seul modèle de Chromebook, au format 11,6 pouces sur architecture microprocesseur x86.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien Microsoft ?

Crédit photo : android.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur