Brevets : Apple et Samsung iront jusqu’au bout

CloudMobilitéTablettes
Galaxy Tab 7.0 Plus

Apple et Samsung n’en ont pas fini avec les tourments judiciaires. La Cour fédérale australienne repousse à mars 2012 la prochaine audience dans le dossier iPhone 4S.

Apple et Samsung vont devoir prendre leur mal en patience dans le contentieux qui les oppose depuis le mois d’avril.

En Australie, l’iPhone 4S obtient un sursis jusqu’en mars prochain, si bien que la prochaine échéance, fixée au 25 novembre, décidera de l’avenir de la tablette Galaxy Tab.

A mesure que se succèdent les verdicts, la situation se décante : engagé tête baissée dans une croisade face à l’iPhone 4S, Samsung ne parvient pas à faire valoir l’argument de la propriété intellectuelle sur des brevets 3G.

A contrario, Apple a plus de succès sur le front du design, la Galaxy Tab de son meilleur ennemi étant toujours interdite à la vente en Allemagne comme en Australie.

En parallèle, l’Italie tergiverse à trancher sur le sort du dernier-né de la firme de Cupertino, quand la justice française estime infondées les injonctions du constructeur coréen à l’encontre de son concurrent américain.

Croulant sous les griefs, Samsung semblait disposé à accueillir à bras ouverts ce semblant de cessez-le-feu qu’avaient évoqué les analystes du cabinet Fitch.

Mais alors que le conflit s’enlise, le marathon judiciaire semble appelé à se poursuivre indéfiniment.

Les deux parties sont en effet amenées à réinvestir les tribunaux au printemps 2012, théâtre de la prochaine audience dans le dossier iPhone 4S.

Juge pour le compte de la Cour fédérale australienne, Annabelle Bennett confirme l’information à Reuters et laisse le champ libre à Apple, qui a plusieurs mois pour écouler ses stocks.

Les semaines à venir scelleront le sort de la Galaxy Tab. Un verdict en ce sens est prévu pour le 25 novembre, avant que les Etats-Unis ne prennent le relais pour se prononcer au sujet des smartphones de la même gamme.

Cette lutte d’envergure qui a notamment éveillé l’attention de l’Union européenne a toujours cours sur une dizaine de places fortes du marché mondial.

Tous les continents sont concernés, l’Afrique exceptée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur