Brevets : Apple et Samsung dos à dos en Corée du Sud

Régulations
proces-plainte-justice-poursuite-USA

Aux prises en Californie dans leur guerre des brevets, Apple et Samsung en décousaient également en Corée du Sud. Les deux protagonistes sont repartis dos à dos, avec à leur adresse des sanctions financières symboliques.

Dans la guerre ouverte que se livrent Apple et Samsung, s’ouvre une parenthèse à Séoul (Corée du Sud), où les deux parties avaient rendez-vous pour solder une énième bataille.

A l’issue de cette rixe qui oppose les deux parties au gré d’accusation mutuelles d’infraction à la propriété intellectuelle, les protagonistes sont repartis dos à dos.

Chacun des deux groupes high-tech a écopé d’une amende pour violation d’un ou plusieurs brevets déposés par son vis-à-vis.

En premier lieu, Apple est reconnu coupable d’utilisation abusive de deux licences relatives aux communications Wi-Fi.

Elle devra à cet égard indemniser à hauteur de 40 millions de wons (28 000 euros) un adversaire qui lui versera en contrepartie 25 millions de wons (17 500 euros), pas nécessairement pour le motif escompté.

En effet, le brevet qui vaut à Samsung cette condamnation relève du domaine logiciel, en l’occurrence d’une technique de défilement tactile sur l’interface graphique, jugée trop proche de son équivalent sur iOS (système d’exploitation de l’iPhone).

Les griefs retenus à l’encontre de la société sud-coréenne n’ont donc pas trait au design des produits de la gamme Galaxy S, pourtant régulièrement incriminés pour leur forte ressemblance avec les appareils d’Apple.

Ainsi en a décidé le juge en charge du dossier au tribunal central de Séoul.

Il existe de nombreuses similitudes entre ces terminaux, mais Samsung a su différencier ses produits avec trois boutons en façade et un capteur photo placé différemment“, a déclaré le magistrat, ses propos repris par Reuters.

Cet avantage ne se ressent néanmoins guère côté produits. C’est l’hécatombe, avec un frein imposé à la commercialisation, à l’échelle du pays, d’une flopée de smartphones et de tablettes : iPhone 3GS et 4, iPad 1 et 2, Galaxy S, S2 et Nexus, Galaxy Tab 7 et 10 pouces.

Mais de telles sanctions restent maigres par rapport  à celles qui pourraient bientôt tomber en Californie, où Apple et Samsung croisent le fer depuis plusieurs semaines.

La firme de Cupertino évalue son préjudice à 2,25 milliards de dollars au bas mot et sollicite un bannissement généralisé de tous les terminaux mobiles – smartphones et tablettes confondus – estampillés Samsung.

Le groupe coréen réclame lui-même 422 millions de dollars en dommages et intérêts, technologies d’avenir, en premier lieu la 4G.

Après trois semaines d’un procès électrique alimenté de documents par milliers, les neuf membres du jury ont amorcé ce mercredi des délibérations qui pourraient s’étaler sur plusieurs jours.

Sur un marché mondial des téléphones mobiles en recul de 2,3% en volume sur le deuxième trimestre (419 millions de terminaux vendus), Apple et Samsung se distinguent de par leur forte progression.

Le Sud-Coréen a écoulé quelque 90 millions de mobiles, dont 45 millions de smartphones. Avec moins de 29 millions d’unités (+47,4% sur un an), « la marque à la pomme » fait moins bien, mais rattrape Nokia, toujours accroché à la deuxième place.

 

Crédit photo : Ralf Kleemann-Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur