Brevets : BlackBerry clôt le dossier Typo Keyboard

AccessoiresMobilitéPoste de travailSmartphonesTablettes
blackberry-typo-brevets

La start-up Typo Keyboard s’est engagée à ne plus commercialiser son clavier pour iPhone, qui lui avait valu des poursuites de la part de BlackBerry.

C’en est terminé du bras de fer judiciaire entre Typo Products et BlackBerry.

Les deux firmes ont accordé leurs violons… au désavantage de la première, qui s’est finalement engagée à ne plus commercialiser son clavier physique pour iPhone ; lequel lui avait valu des poursuites de la part du groupe high-tech canadien.

Selon les termes de l’accord, la vente du clavier Typo Keyboard n’est pas totalement arrêtée. Mais elle ne pourra plus se faire que pour des terminaux dotés d’un écran d’au moins 7,9 pouces. Autrement dit, les smartphones sont exclus, le plus grand modèle chez Apple étant l’iPhone 6 Plus, avec 5,5 pouces.

Pour saisir les subtilités de ce contentieux porté devant un tribunal fédéral de Californie (référence du dossier : 3:15-cv-00715-WHO), il faut remonter à ses origines.

BlackBerry avait lancé l’offensive contre Typo Products en amont du CES 2014. La start-up devait profiter de l’événement pour officialiser son clavier physique pour iPhone 5 et 5s.

Vendu avec la promesse d’offrir aux utilisateurs de l’iPhone « une meilleure ergonomie de frappe » tout en libérant l’espace occupé habituellement par le clavier virtuel, le Typo Keyboard présente des rangées de touches biseautées ceintes d’une armature métallique.

BlackBerry avait assimilé cet accessoire à « une imitation » de ses propres produits, non seulement au niveau du design, mais aussi sur la question du marketing, les arguments commerciaux étant considérés « proches de ceux exploités [par la firme canadienne] » pour valoriser sa propre offre.

Dénonçant « une infraction flagrante à la propriété intellectuelle », le directeur juridique Steve Zipperstein avait laissé entrouverte la porte des négociations : « Nous pourrons éventuellement tolérer de telles pratiques, mais pas sans une compensation à la mesure de nos innovations technologiques ».

Laurence Hallier et Ryan Seacrest – acteur/présentateur américain – avaient fait part de leur volonté de « se défendre avec vigueur ». Mais en mars 2014, la justice décrétait une injonction préliminaire à l’encontre de Typo Products : la commercialisation de son clavier était suspendue sans délai sur tout le territoire américain.

Chargé d’instruire le dossier, le juge William Orrick avait considéré que BlackBerry était parvenu à « établir la possibilité de prouver une violation de sa propriété intellectuelle ». Et que Typo Products n’avait « pas réussi à remettre en question la validité des brevets mis en cause ».

A la suite de ce jugement, les équipes de la start-up avaient affirmé qu’elles continueraient de « créer et vendre des produits innovants ». Ryan Seacrest prévoyait d’ailleurs d’accroître d’un million de dollars sa participation au capital en fonction du résultats de la commercialisation du Typo Keyboard.

Dans l’état actuel, ne sont plus disponibles que les claviers Typo pour iPad Air 1 et 2 (189 dollars HT), ainsi que Typo pour iPad Mini 1, 2 et 3 (189 dollars également), ce dernier n’étant encore en pré-commande pour une livraison ce mois-ci.

Crédit photo : Dmitry Guzhanin – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur