Brevets enfreints : des Hoverboards saisis en plein CES après une plainte

JuridiqueMobilitéRégulations
onewheel-hoverboard-futur-motion-violation-brevets
6 7

La start-up californienne Future Motion accuse un concurrent chinois de violation de brevets relatifs à son hoverboard Onewheel.

Ils sont venus découvrir des hoverboards mais pas pour le plaisir ou le business.

Des agents fédéraux du ministère de la Justice américaine ont débarqué au CES de Las Vegas pour saisir du matériel innovant.

Après la plainte déposée par une société high-tech de la Silicon Valley pour exploitation illégale de brevets, les officiers du DoJ ont perquisitionné un stand d’une société chinoise qui exposait des modèles d’hoverboard à une roue centrale.

L’affaire devraît être traitée devant la justice dans une semaine.

Selon la BBC, La société asiatique mise en cause – Changzhou First International Trade – conteste l’accusation d’infraction à la législation sur les brevets à son encontre.

Elle se déclare abasourdie car c’est la première fois qu’elle se retrouve mêlée dans un litige de ce genre.

Surfing-Electric-Scooter-cz-first
Le Surfing Electric Scooter par CZ-First

Changzhou First International Trade organise sa défense. Elle assure que son modèle d’hoverboard a été développé depuis longtemps et qu’il aurait même été camouflé pour éviter les risques de copie par d’autres firmes chinoises.

Le modèle Surfing Electric Scooter de la société chinoise est pointé du doigt par Future Motion. Cette société californienne a conçu le Onewheel, qui a déposé des brevets pour protéger son invention.

Elle estime que l’engin de son concurrent asiatique exploite deux brevets de manière illégale : l’un porte sur le design et l’autre sur une fonction de stabilisation de l’hoverboard.

« Future Motion apprécie la concurrence. Mais les sociétés qui font du simple copié-collé du Onewheel dépourvu d’un savoir-faire technique similaire et de garanties constitue une menace pour nos activités mais aussi pour les consommateurs et l’industrie au sens large », balance Kyle Doerksen, CEO de Future Motion, dans un communiqué.

hoverboard-onewheel-Future Motion
Le modèle Onewheel de Future Motion

« Nous continuerons à défendre vigoureusement nos droits de propriété intellectuelle dans le monde », poursuit-il

La contrefaçon de produits peut déstabiliser le marché d’un produit émergent.

Ne serait-ce qu’en raison des prix pratiqués très bas qui met à mal les efforts commerciaux initiés par les acteurs légitimes.

Polémiques autour de certains modèles hoverboard

Au-delà de cette affaire spécifique de violation de brevets, les hoverboards provoquent des remous.

Ce type d’engin est cool pour se déplacer…à condition de savoir bien les manier. Pour cette raison, les organisateurs du CES avaient interdit l’usage de ce type d’engin pour se déplacer dans la grande foire de l’IT.

Au-delà des risques de perte de contrôle, la presse a relayé ces derniers temps des cas de dysfonctionnement technique d’hoverboard susceptible de se retourner contre l’utilisateur.

Une récente affaire en Australie a fait le tour du monde : un incendie s’est propagée dans une maison après mise en charge une planche à roulette électrique nouvelle génération reçue à Noël.

Au Royaume-Uni, un volume de 15 000 appareils ont été saisis en 2015 au motif que le système de chargement pouvait se révéler dangereux, selon RTL.

(Crédit photo illustration : Future Motion)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur