Brevets iPhone 4S : Samsung perd face à Apple en Italie

MarketingMobilitéSmartphonesTablettes

Apple respire en Italie. Samsung n’est pas parvenu à obtenir l’interdiction de la vente d’iPhone 4S. Sa demande d’injonction préliminaire déposée dans ce sens en octobre a été rejetée.

En Italie, Apple obtient un sursis face à Samsung dans la guerre des brevets portant sur les smartphones.

Le 5 janvier, un tribunal de Milan a rejeté la demande d’injonction de Samsung, visant à interdire la vente de l‘iPhone 4S dans ce pays.

Apple peut donc poursuivre de manière plus sereine son offensive commerciale avec son smartphone nouvelle génération.

La plainte de Samsung avait été déposée en octobre 2011. Le constructeur high-tech coréen et son smartphone Galaxy S sont en concurrence frontale avec le duo Apple-iPhone.

Il ne cache pas sa déception après la décision de justice qui a tourné en sa défaveur.

“Nous allons analyser avec attention la portée de cette décision et nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour protéger davantage notre propriété intellectuelle afin que cesse l’exploitation abusive de nos technologies”, a déclaré Samsung.

Samsung a invoqué un argumentaire similaire à ceux récemment récusés par la justice française (en attendant un éventuel examen au fond) : la violation de brevets relatifs aux technologies de communication via les réseaux mobiles (portant sur le standard WCDMA pour les modèles iPhone 3G).

Le 8 décembre 2011, le tribunal de grande instance de Paris avait rejeté en référé la demande de Samsung dans ce sens.

La firme coréenne doit même rembourser les frais avancés par Apple pour se défendre (100 000 euros quand même).

A coup de revendications de brevets télécoms et de design de leurs produits respectifs, Apple et Samsung s’opposent dans le monde entier.

Les procès s’amoncellent dans une série de pays (Allemagne, Pays-Bas, Etats-Unis…) et concernent le segment des smartphones mais aussi celui des tablettes (iPad vs Galaxy Tab).

“Chacun de leur côté, Apple et Samsung tentent d’accélérer les choses afin d’obtenir des décisions rapides de justice, ce qui entraîne des dysfonctionnements importants dans leur business”, commente Florian Mueller sur le blog Foss Patents qui aborde le thème des brevets sur les logiciels.

“Cela ne marche pas. Ils devraient se concentrer sur des procédures régulières et bien établies plutôt que de recourir à des procédures rapides à coup d’injonctions préliminaires.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur