Brevets : Samsung contre-attaque face à Ericsson

Régulations
Bras de fer

Samsung vient de porter plainte pour violation de brevets aux Etats-Unis contre son concurrent suédois Ericsson qui l’avait trainé il y a peu devant un tribunal texan pour des motifs similaires…

Le géant sud-coréen de l’électronique grand public a des ennemis de poids. Après le feuilleton Apple VS Samsung, un nouveau feuilleton est né il y a un mois : Ericsson VS Samsung.

Fin novembre, l’équipementier suédois avait en effet porté plainte contre Samsung devant un tribunal du Texas où est installé le siège américain d’Ericsson à la suite de l’échec de deux ans de négociations entre les deux firmes.

La meilleure défense étant souvent l’attaque : Samsung a décidé de contre-attaquer et a déposé à son tour plainte en fin de semaine dernière auprès de la Commission du commerce international des Etats-Unis.

Sa requête porte sur l’interdiction pure et simple de l’importation et de la vente de certains produits estampillés Ericsson, principalement des produits sans fil, au motif qu’ils violent des brevets possédés par Samsung.

Dans son communiqué officiel, le géant sud-coréen explique : « Nous avons cherché à négocier avec Ericsson de bonne foi. Mais Ericsson semble ne pas vouloir continuer à négocier, en faisant des allégations déraisonnables, qu’il cherche à faire approuver par la justice. »

Des propos qui font directement référence à la plainte déposée par le fabricant suédois il y a un mois, qui portait sur des technologies brevetées par Ericsson, notamment dans le domaine des transmissions sans fil. Samsung estimait alors que son concurrent exigeait des « redevances considérablement plus élevées pour le même ensemble de brevets » et qu’il lui était impossible de se « plier à de telles exigences ».

Conclusion de Samsung pour ce deuxième épisode d’un feuilleton dont on ignore encore s’il sera long et coûteux de part et d’autre : « Au regard de telles circonstances, nous n’avons pas d’autres choix que de prendre les mesures nécessaires pour protéger notre groupe ».

(crédit image: Shutterstock)

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur