Brillo : un OS de Google uniquement pour l’Internet des objets ?

Systèmes d'exploitation
brillo-OS-Google-uniquement-Internet-objets

Google voudrait continuer à creuser le sillon de l’Internet des objets avec un système d’exploitation léger basé sur Android. Nom de code : « Brillo ».

Comment approfondir l’ancrage dans l’Internet des objets ? Jusqu’à présent, Google désirait mettre de l’Android sur tous les appareils dotés d’un écran.

Mais il pourrait aller plus loin : la firme Internet de Moutain View aurait développé un système d’exploitation spécifique. C’est à dire adapté aux appareils à très faible consommation et dotés d’une faible quantité de mémoire vive, de 32 à 64 Mo, selon The Information.

Selon des sources proches du projet, l’OS porterait le nom de code “Brillo” en interne et serait développé par la division Android.

Il marquerait toutefois une rupture. Android est destiné à des appareils dotés d’un minimum de 512 Mo de mémoire vive. Quant à Brillo, il permettrait aux sociétés IT qui l’adopteraient de rendre “intelligents” de nombreux appareils.

Google avait marqué son intérêt pour les objets connectés avec Android@Home qui a été abandonné. Cela ne l’a pas empêché de se porter acquéreur de Nest (en janvier pour 3,2 milliards d’euros), de Dropcam (par Nest en juin 2014) puis de Revolv (par Nest aussi, en octobre dernier).

Brillo pourrait donc en premier lieu intégrer les produits développés par ces entités.

Cette vague IoT qui secoue le secteur IT

Google ne sera pas le seul à proposer un OS temps réel (RTOS). Les plus populaires sont Contiki (dont l’avantage est d’être disponible gratuitement sous licence BSD) et TinyOS.

Samsung ne semble pas (encore) avoir de mouture de Tizen adaptée à l’Internet des objets. Ainsi, les SoC Artik dédiés à l’Internet des objets du fabricant sud-coréen fonctionnent avec Nucleus RTOS, l’OS léger temps réel d’Embedded Software Division de Mentor Graphics.

ll faut aussi compter sur ARM et son OS mbed OS, sans oublier l’Open Interconnect Consortium et la AllSeen Alliance qui regroupent de nombreuses sociétés et développent des standards pour accompagner l’essor de l’IoT.

Intel n’est pas en reste avec l’acquisition de Wind River en 2009 qui a développé le système d’exploitation temps réel VxWorks.

De son côté, Microsoft a récemment publié une pré-version de Windows 10 pour l’iOT avec Windows 10 IoT Core.

Huawei est aussi de la partie avec LiteOS, son OS ultra léger qui s’inscrit dans une solution complète baptisée Agile Internet of Things.

Pourquoi tant d’intérêt autour de l’IoT ? Selon Gartner, le nombre de produits connectés devrait passer de 900 millions en 2009 à 26 milliards à l’horizon 2020.

Là encore, Google pourrait bien annoncer “Brillo” à l’occasion de la conférence développeurs Google I/O qui aura lieu à San Francisco les 28 et 29 mai.

(Crédit photo : Shutterstock.com – Droit d’auteur : weedezign)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur