Britannica refuse la comparaison avec Wikipedia

Mobilité

L’encyclopédie critique l’étude ayant permis de conclure qu’elle était du même niveau que Wikipedia, écrite et corrigée par les internautes.

L’Encyclopaedia Britannica a fustigé une récente étude de la revue Nature prétendant que Wikipedia serait proche, en termes de qualité des contenus, de la prestigieuse encyclopédie, du moins sur les sujets scientifiques (voir édition du 16 décembre 2005).

Nature avait comparé 50 articles issus des éditions en ligne des deux encyclopédies et recensé 123 inexactitudes pour Britannica et 162 pour Wikipedia. Le magazine s’est appuyé sur un panel de chercheurs à qui on a demandé de rechercher des erreurs ou omissions dans les textes extraits des deux publications, sans en connaître la source.

Une méthodologie critiquée

Si Britannica est constituée d’une compilation d’articles rédigés par des chercheurs rémunérés pour cela, les textes de l’encyclopédie libre Wikipedia sont écrits et corrigés par les internautes eux-mêmes. L’étude de Nature a été publiée peu de temps après que différents rapports ont fait état d’erreurs dans Wikipedia, ce qui a d’ailleurs amené les responsables du projet à modifier les règles d’édition et de correction des articles (voir édition du 8 août 2005).

Arguant que le rapport de Nature est “fatalement faussé”, Britannica a publié un document de 20 pages (disponible au format PDF) dans lequel elle tente de discréditer l’étude. “Toute la démarche, de la méthodologie de l’étude à la manière trompeuse avec laquelle Nature a développé l’histoire, est erronée”, affirme le document. “La vérité exige le retrait pur et simple de l’étude et de l’article dans lequel elle est mentionnée.”

Britannica note ainsi plusieurs aberrations : des correcteurs auraient affirmé que certains articles de l’encyclopédie péchaient par omission pour la simple raison qu’on leur avait fourni des extraits et non le texte en intégralité. Nature aurait également modifié et republié des articles de Britannica. D’autres soulignent que le magazine a utilisé des textes issus de la version de l’encyclopédie destinée aux étudiants, plus basique.

Nature persiste et signe

Les responsables de Nature ont déclaré qu’ils n’avaient aucune intention de retirer cette étude. “Nous pensons que ce travail a été fait de manière raisonnable”, affirme la publication scientifique dans un document disponible en PDF).

Nature admet que certaines critiques de Britannica sont justifiées mais rétorque que les deux encyclopédies ont fait l’objet du même traitement et que d’éventuelles erreurs dans la procédure auraient affecté les deux publications de la même manière. “Dans la mesure où les correcteurs ne connaissaient pas la source des textes, il n’y a absolument aucune raison de penser que les erreurs qu’ils auraient faites auraient systématiquement modifié les résultats de notre enquête”, précise le magazine.

(Traduction d’un article de VNUnet.com en date du 24 mars 2006)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur