Bruno Le Maire confie une mission crypto-monnaies à un circonspect du bitcoin

E-paiementLégislationMarketingRégulations
le-maire-mission-crypto-monnaies

Pour aiguiller la réglementation des crypto-monnaies, Bercy sollicite Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France qui a qualifié le bitcoin de « tulipe du XXIe siècle ».

« Nous refusons les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au bitcoin ».

Ces propos, Bruno Le Maire les a tenus tandis qu’il évoquait la transformation de la France et de la zone euro lors de ses vœux aux forces économiques, aux élus et à la presse (cf. vidéo ci-dessous).

Désireux d’empêcher l’utilisation des crypto-monnaies « à des fins d’évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d’activités criminelles ou de terrorisme », le ministre de l’Économie et des Finances a sollicité Jean-Pierre Landau.

L’ancien sous-gouverneur de la Banque de France – de 2006 à 2011 – devra proposer des orientations sur l’évolution de la réglementation.

L’intéressé avait signé, en janvier 2014 dans le Financial Times, une tribune sur le bitcoin, qualifié de « tulipe du XXIe siècle » au développement entravé par la spéculation.

Gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau est sur la même ligne.

« Il ne doit pas y avoir d’ambiguïté : le bitcoin n’est en rien une monnaie, ou même une crypto-monnaie. C’est un actif spéculatif », a-t-il récemment déclaré. Et d’ajouter : « Sa valeur et sa forte volatilité ne correspondent à aucun sous-jacent économique et ne sont la responsabilité de personne. »

Ce n’est pas si évident à en croire une étude américaine publiée dans le Journal of Monetary Economics et qui démontre dans quelle mesure le cours du bitcoin est manipulé par des parties prenantes à son écosystème.

S’affirmant inquiet pour les épargnants qui pourraient y avoir placé leurs économies, Bruno Le Maire avait exprimé, le mois dernier, le souhait d’avoir « une discussion » autour de la régulation des crypto-monnaies avec ses homologues du G20, lors du sommet qui doit les réunir le 20 avril 2018 à Buenos Aires (Argentine).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur