Bruxelles veut réduire la facture SMS lors des déplacements à l’étranger

Mobilité

La Commission européenne pourrait forcer les opérateurs à adopter un prix maximal de 0,15 euro par envoi de SMS.

“Les SMS, C trop cher, dit BruXL”, pourrait-on dire en adoptant le langage SMS. Viviane Reding est connu pour ses offensives estivales à propos de sujets qui fâchent dans le monde des télécoms.

Après avoir tapé sur les opérateurs à propos des tarifs jugés exorbitants des appels vocaux passés ou reçus sur un mobile dans le cadre de déplacements à l’étranger (roaming), la commissaire en charge des Médias et de la Société de l’Information s’attaque aux coûts des SMS.

“Les citoyens européens devraient pouvoir envoyer des SMS d’un pays à l’autre sans se faire dépouiller”, déclare-t-elle dans un communiqué de presse. Selon les évaluations mises en avant par la Commission européenne, le coût des 2,5 milliards de SMS itinérants envoyés par an dans l’Union européenne est plus de dix fois supérieur à celui des messages texte transmis dans le cadre d’un réseau national.

Entre octobre 2007 et mars 2008, le coût moyen d’un SMS itinérant était de 0,29 euro dans les 27 Etats membres. Mais, dans les situations extrêmes, un citoyen belge envoyant un SMS depuis un autre pays peut être facturé “jusqu’à 0,80 euro”.

La Commission européenne réitère son initiative de transparence des prix pratiqués : après avoir scruté les tarifs roaming, elle lance un nouveau site Internet pour tout connaître sur les prix pour envoyer des messages texte ou naviguer sur Internet avec son portable lors d’un déplacement à l’étranger.

Offensive règlementaire en automne

Fin mai, lors de sa visite en France pour inaugurer les Assises du Numérique, Viviane Reding avait invité les opérateurs européens à prendre des mesures d’auto-régulation et à élaborer des offres pour réduire la facture du client final au bout du mois. Mais en vain. Seul un opérateur autrichien a pris le soin de répondre à la requête de l’UE.

Du coup, Viviane Reding repart en croisade avec un angle plus large que les SMS : les données mobiles. Pêle-mêle, cela intègre les MMS, les services de messagerie mobile voire les connexions mobiles itinérantes (via un téléphone mobile ou un ordinateur portable en utilisant une clé 3G par exemple).

La Commission européenne pourrait proposer de nouvelles mesures au Parlement européen et au Conseil européen au début de l’automne. Un règlement sur l’itinérance dans le domaine des SMS pourrait surgir en octobre, quitte à recommander un prix maximal “convenable” situé entre 0,11 et 0,15 euro par SMS.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur