Bug Facebook : un arbre devant la forêt d’une atteinte à la confidentialité ?

Mobilité
facebook - profil - identite - numerique - social

Dans la continuité de la polémique à l’entour du “bug Facebook”, l’enquête de la CNIL conclut à une berlue collective, mais aussi à de nombreux manquements du réseau social en matière de protection de la vie privée.

Une semaine après la polémique autour du “bug Facebook” et cette diffusion présumée des messages privés de membres du réseau social sur leur espace public (Timeline), l’enquête de la CNIL conclut à des torts partagés.

D’un point de vue purement technique, aucun dysfonctionnement n’est à déplorer. Ce qui fut d’abord qualifié d’erreur humaine ne serait que le fruit d’une incompréhension collective.

Les internautes qui soutenaient mordicus avoir vu leurs conversations datant de 2009 rendues subitement publiques auraient donc eu la berlue.

Malgré cet état de fait, il subsiste bien des zones d’ombre, tout particulièrement au sujet des pratiques de Facebook en matière de confidentialité des données.

C’est en ce sens que la Commission nationale de l’informatique et des libertés rend son bilan, d’un communiqué qui, dans ses grandes lignes, ne dissipe que partie des soupçons qui pèsent à l’encontre du réseau social.

Il est en effet question d’une modification sans consentement, “de manière unilatérale et récurrente [des] paramètres de confidentialité des données entre 2009 et 2010“.

Et c’est là que le bât blesse : ces changements réalisés à l’insu des internautes ont entraîné confusion. Un manque de vigilance et des contenus auparavant privés ou accessibles uniquement aux amis devenaient, d’un coup, d’un seul, publics.

Il appert en outre qu’en 2009, l’interface Web du réseau social était autrement plus rudimentaire. Ce qui n’était pas pour simplifier la compréhension de l’utilisateur.

En l’occurrence, la “moindre visibilité” des messages publics de type “Wall-to-Wall” (de mur à mur, concept qui préfigurait de la Timeline) a entraîné quiproquo chez les membres, qui leur ont faussement assimilé un “caractère privé“, alors qu’il n’en était rien.

Pour le réseau social aux 950 millions d’inscrits, c’est un feuilleton à plusieurs temps.

Impliqué en parallèle dans les débats, le gouvernement, par une déclaration conjointe d’Arnaud Montebourg (ministre du Redressement productif) et Fleur Pellerin (ministre chargée de l’Economie numérique), adresse ce même avertissement aux équipes de Mark Zuckerberg.

Le doigt est mis sur d’autres manquements vis-à-vis d’engagements en matière de protection des données personnelles.

La CNIL appuie cet avertissement et en appelle à davantage de transparence, mais aussi à la mise à disposition d’outils permettant un contrôle plus tangible des informations publiées, tout particulièrement lorsqu’elles sont transmises à des tiers.

Au nom du G29 (groupe des CNIL européennes), le gouvernement exige une refonte du site. “Il est anormal que l’interface soit ergonomique quand il s’agit d’envoyer un message ou une vidéo, mais qu’il devienne bloquant dès lors qu’il s’agit […] de vie privée“.

Pour rappel, le torchon brûle depuis ce lundi 24 septembre. Dans la soirée, ce qui fut d’abord imputé à “une erreur humaine ou un problème technique” aurait entraîné cette révélation inopinée de messages privés.

Dans les heures qui ont suivi, la CNIL s’est saisie de l’affaire et a rencontré, le lendemain, la direction de la branche française de Facebook, qui s’est dédite de ses conclusions initiales pour finalement réfuter tout dysfonctionnement.

L’épisode a eu un fort retentissement au delà-des frontières de l’Hexagone. Le gouvernement français et la CNIL ont d’ailleurs sollicité des représentants de Facebook à l’étranger.

Crédit photo Shutterstock – Copyright : Verticalarray

———– Quiz ITespresso.fr ————-
Etes-vous incollable sur Facebook ?
Evaluez vos connaissances sur notre quiz
——————————————–

Facebook, de l'intérieur

Image 1 of 9

facebook, 1601 willow road
facebook, 1601 willow road

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur