Buymusic.com sur les traces de l’iTunes Music Store

Cloud

Le premier service en mesure de concurrencer le magasin de musique en ligne d’Apple est sur les rails ! Buymusic.com, lancé sur le continent américain, propose les titres de musique à partir de 79 cents avec pour objectif 1 million de chansons téléchargées? par jour !

Près de trois mois après le lancement de l’iTunes Music Store (voir édition du 29 avril 2003), Apple se retrouve confronté à Buymusic.com, un rejeton du site américain Buy.com, l’un des plus grands sites de vente en ligne, qui a ouvert ses portes cette semaine. Il propose lui aussi des morceaux de musique à l’unité ou à l’album, mais à partir de tarifs moins élevés : 79 cents (environ 69 centimes d’euros) pour un titre ou 7,95 dollars (6,96 euros) pour un album. Le site dispose déjà de 300 000 morceaux et il est lui aussi soutenu par les grandes majors américaines. L’analogie conceptuelle ne s’arrête pas là : l’aspect du site ressemble étrangement à celui retenu par Apple pour son échoppe, tout autant que les scénarios des publicités ! Enfin, d’un point de vue technique, Buymusic.com s’appuie sur la technologie de Microsoft Windows Media Player, sur son format audio gérant les droits numériques, ainsi que sur la gestion de données personnelles de ?Net. Pour accéder au service, l’utilisateur doit disposer d’un PC sous Windows (minimum 233 MHz et Windows 98), équipé d’un lecteur de CD/DVD, d’un accès à Internet et d’une carte son. Le fonctionnement est similaire à la plupart des sites de vente en ligne : sécurisé, il donne accès au téléchargement des titres retenus, utilisables sur PC, sur un périphérique ad hoc, et que l’on peut graver sur disque optique.

Pour l’instant, la concurrence n’est pas frontale puisque Buymusic est inaccessible sur Mac, tout comme l’iTunes Music Store l’est actuellement sur PC. Windows Media Player 9 (non disponible sur Mac) est nécessaire pour utiliser BuyMusic.com, tandis que l’iTunes Music Store requiert QuickTime et le logiciel iTunes (en cours d’adaptation sur PC). Parmi les différences entre les deux magasins, on remarque notamment la quasi-absence de fonction de préécoute sur BuyMusic.com. Enfin, pour les habitués d’iTunes, la synergie entre site de vente et ordinateur n’est pas du tout aussi évidente… Cela n’a pas empêché Scott Blum, le fondateur du service pour PC, de s’attaquer à l’originalité de la solution d’Apple. Il n’y va pas avec le dos de la cuillère : Steve Jobs serait “un visionnaire, mais il est sur la mauvaise plate-forme. Tandis que les utilisateurs d’Apple comptent pour 3 % du marché des ordinateurs personnels, BuyMusic cible les 97 % de personnes disposant de PC”, a-t-il indiqué au quotidien américain Boston Globe.

La réaction d’Apple

Des propos qui passent toutefois sous silence le fait que le service pour PC n’a pas obtenu des éditeurs de musique et des artistes les mêmes conditions d’utilisation. Alors que tous les morceaux de l’iTunes Music Store bénéficient du même traitement (utilisation sur trois Mac, transfert sur iPod et gravure sur CD libres), ceux de BuyMusic.com disposent de droits de transferts et de gravures variables. Les prix sont, pour une grande partie, très similaires à ceux de l’Apple Store. On notera enfin que BuyMusic.com a adopté les technologies de Microsoft, en oubliant au passage que 20 % du marché des baladeurs numériques appartiennent à l’iPod d’Apple. De plus, Buymusic.com devra affronter ses concurrents sur PC : Pressplay, Rhapsody, Musicnow ou MusicNet, toujours en attente du succès. Surtout, il faut compter sur la réactivité d’Apple : son magasin a répondu immédiatement au défi lancé, en proposant en téléchargement des morceaux de musique disponibles pour 50 cents (44 centimes d’euros) ! Une réponse du berger à la bergère qui montre surtout qu’Apple n’est pas disposée à connaître deux fois la même histoire : si on a repris ses innovations sur le marché de l’informatique, elle semble compter se défendre bec et ongles dans le domaine de la vente de musique numérique… Et même sur le prix ! Une première pour une marque habituellement jugée onéreuse.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur