Ca plane pour les MVNO estime l’ARCEP

MobilitéOpérateursRéseaux

Le rapport pour le troisième trimestre sur l’état de la téléphonie mobile en France de l’ARCEP marque le franchissement d’un seuil symbolique pour les MVNO, qui totalisent désormais 10,65% des parts du marché. En attendant l’arrivée de Free Mobile…

Dans le cadre de son Observatoire des marchés des communications électroniques, l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) publie ses statistiques pour le troisième trimestre 2011 qui mettent en lumière la montée en puissance des opérateurs mobiles virtuels (MVNO – Mobile Virtual Network Operator).

Ces derniers accaparent désormais 10,65% de parts de marché, pour 6,8 millions de lignes mobiles actives fin septembre, soit une croissance de 64% en un an.

Sur le segment résidentiel, leur taux de pénétration atteint les 12,55%, contre 11,08% en juin dernier. Quant aux professionnels, ils se montrent bien plus frileux, voire réticents à cette adoption.

Mais en dépit d’un taux de résiliation qui plafonne à 14,4% sur ce troisième trimestre pour les formules prépayées (4,3% pour le post-payé), le secteur est sur une pente ascendante, toutefois bien moins dégagée depuis l’intronisation de solutions alternatives.

Orange en veut pour preuve ses forfaits Sosh, quand Bouygues Telecom surfe sur la vague de B&You, laissant SFR et ses offres Red dans l’expectative, après un départ poussif.

Pressenti pour une arrivée début 2012, Free Mobile pourrait contribuer à compliquer l’équation et se poser comme un catalyseur de craintes fondées pour les MVNO.

D’autant plus que les trois principaux opérateurs mobiles conservent une longueur d’avance sur un marché qui compte, depuis l’année passée, plus d’une ligne par habitant (rapport 1,03).

En Ile-de-France, ce taux de pénétration monte à 149,1%, quand la PACA (Provence – Alpes – Côte d’Azur) seconde la région parisienne à 115,9%, pour un cumul de 67 millions de lignes en France métropolitaine.

Près de la moitié (48%) offrent à leur titulaire une connexion à Internet, généralement via la 3G.

Le régulateur des télécoms fait également savoir que la portabilité des numéros de téléphone devrait jouir d’une procédure accélérée, portée à 3 jours contre 10 auparavant. Pour le bonheur des opérateurs mobiles virtuels.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur