Caldera et Microsoft ne se tapent plus sur le DOS

Cloud

Le différend qui opposait Microsoft à Caldera à propos d’un système concurrent de MS-DOS a finalement été réglé à l’amiable.

Outre son procès en violation de la loi “anti-trust” américaine, Microsoft devait faire face à une autre affaire juridique. Qui aurait normalement du également l’amener devant le tribunal en février prochain. Le différend l’oppose à Caldera qui commercialise encore aujourd’hui une version concurrente de MS-DOS, appelée DR-DOS. Finalement, l’éditeur de Seattle a accepté un règlement à l’amiable en réglant une somme non dévoilée à Caldera. Ce dernier avait demandé 1,6 milliard de dollars en compensation du dommage. Dans un communiqué, Microsoft indique qu’il imputerait la somme payée en une fois sur sa comptabilité et que cela entraînerait une baisse de dividende de 3 cents par action. De quoi estimer la somme en question à environ 155 millions de dollars (930 millions de francs).En réalité, le début de l’affaire remonte à 1996, mais Microsoft avait réussi à régulièrement retarder le passage devant le juge. Petit retour en arrière. Dans les années 90, cette version de DOS était distribuée par Digital Research. Beaucoup de tests comparatifs réalisés à l’époque montraient la supériorité de DR-DOS sur son concurrent et il semble que la plaisanterie n’ait guère plu au géant de Seattle qui a alors intégré à l’une des versions “béta” de Windows 3.0 un petit programme de détection du système d’exploitation de la machine. Il empêchait l’interface graphique de fonctionner avec DR-DOS. Devant le tollé provoqué, la version finale n’a pas conservé le mouchard mais le mal était fait. Microsoft a publiquement déclaré qu’il n’offrirait aucun support technique pour Windows aux utilisateurs qui utiliseraient un autre système que MS-DOS. En août 95 sortait la première version de Windows 95 qui n’avait plus besoin d’un quelconque DOS pour être installée.Digital Research avait intenté un procès à Microsoft dans des termes finalement très proches de ceux utilisés pour l’autre procès : pratiques monopolistiques illégales visant à conserver ce monopole, lien illégal de d’une technologie à un produit, et utilisation de fausses annonces de produits pour geler le marché. Au cours de la période, Digital Research s’est fait racheter par Novell qui a finalement cédé le système DR-DOS à la toute jeune société Caldera. L’action en justice ayant suivi les différents propriétaires.Caldera est aujourd’hui l’un des distributeurs d’une des versions majeures de Linux, appelée OpenLinux. De manière plutôt ironique, la société a exprimé son voeu de voir Microsoft porter ses applications sous Linux. Plus sérieusement, Caldera a annoncé le même jour que le règlement de son différend, son intention d’entrer rapidement en Bourse. Elle espère pouvoir ainsi lever environ 57,5 millions de dollars. RedHat, le plus gros distributeur de Linux au monde avait particulièrement bien réussi son entrée sur le marché coté américain (voir édition du 12 août 1999). Le cours de son action avait alors presque triplé lors de son premier jour de cotation. Pour en savoir plus : Tous les documents de l’affaire


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur