Canal Plus n’aime pas les ‘Films faits à la maison’ de Free

Mobilité

Le groupe audiovisuel menace le FAI de poursuites judiciaires si rien n’est
fait pour cesser “les agissements illégaux” sur TV Perso.

Les services de partages vidéo sur Internet, qui reposent sur du contenu généré par les utilisateurs, commencent à irriter les groupes audiovisuels. Après avoir assigné la société Kewego en mai, le groupe Canal Plus a également lancé un avertissement au groupe Iliad.

Dans un communiqué de presse en date du 12 juillet, le groupe audiovisuel indique avoir mis en demeure Free et son nouveau service TV Perso. Le but de cette manoeuvre d’intimidation est de “faire cesser ces agissements illégaux dans les plus brefs délais”. La menace de poursuite judiciaire est à peine dissimulée. “A défaut de réponse satisfaisante de la part de l’opérateur, le groupe Canal+ sera contraint d’engager toute action, en particulier contentieuse, de nature à faire respecter ses droits”, précise le communiqué de presse.

De son côté, le groupe Iliad a confirmé avoir reçu cette lettre de mise en demeure. Interrogé par l’AFP, Maxime Lombardini, le tout nouveau directeur général de Free, a assuré que Free n’était pas “un outil de piratage”. Le FAI met en avant son statut d’hébergeur et non d’éditeur. Une distinction importante en termes de responsabilités engagées à la lecture de la loi sur la Confiance dans l’économie numérique.

Mais Canal Plus assure que le nouveau service de partage de vidéos baptisé TV Perso “donne lieu à la diffusion sans autorisation de différents programmes de Canal+ et des autres chaînes du groupe”. Une brouille étonnante sachant que Free et Canal Plus sont partenaires pour la diffusion du bouquet Canalsat par ADSL mais aussi à travers le service de vidéo à la demande Canal Play.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur