Capteurs photo : LinX a tapé dans l’oeil d’Apple

EntrepriseFusions-acquisitionsStart-up

Apple a procédé à l’acquisition de la start-up israélienne LinX spécialisée dans les capteurs d’images. Pour une prochaine intégration dans l’iPhone ?

Apple poursuit ses emplettes dans le secteur de l’imagerie et les capteurs photos en faisant l’acquisition de LinX pour 20 millions de dollars, selon le Wall Street Journal.

On se souvient que la firme dirigée par Tim Cook avait déjà acheté PrimeSense en novembre 2013 pour 360 millions de dollars.

Cette start-up israélienne s’était illustrée en développant la technologie de détection des mouvements implémentée dans le Kinect de la console de jeux vidéo Xbox 360 signée Microsoft.

Pour tout commentaire, un porte-parole d’Apple s’est contenté d’une déclaration laconique : “Apple achète de temps en temps de plus petites compagnies et nous ne discutons généralement pas de nos plans ou de notre but.”

LinX développe des capteurs miniaturisés qui permettent de saisir des clichés dans des conditions de faible luminosité, le talon d’Achille de tous les capteurs utilisés sur des smartphones.

Sa technologie permettrait d’obtenir la qualité de photos prises avec des appareils photo de type reflex.

La start-up israélienne associe également des capteurs afin de saisir plusieurs clichés simultanément. Les images sont alors synthétisées en une seule photo grâce à un algorithme propriétaire. La mise au point peut alors être changée a posteriori et une image 3D peut aussi être créée.

On retrouve un système similaire sur le smartphone HTC One M8 doté de deux capteurs au dos : la fonctionnalité Ufocus permet ainsi de créer des effets Bokeh ainsi que des clichés 3D également a posteriori.

Si Apple exploite des capteurs signés Sony depuis des années pour l’iPhone, elle pourrait ainsi s’appuyer à terme sur Lynx pour intégrer ses ses technologies sur ses terminaux iOS. Dans ses caméras iSight de Mac et iMac ou encore dans un appareil non encore sorti, relatif à la réalité virtuelle par exemple.

Apple ne cache également pas son intérêt pour la concentration de chercheurs et start-ups présents dans l’État hébreu. La firme de Cupertino indique ainsi qu’avec plus de 700 employés, Israël est le deuxième pays, après les Etats-Unis, pour sa recherche et développement.

En 2011 déjà, Apple avait fait l’acquisition d’Anobit Technologies, une start-up israélienne spécialisée dans la mémoire flash. Elle a aussi embauché la plupart des employés de l’unité de design de Texas Instruments à Ra’anana (située dans la région de Sharon en Israël), suite à sa fermeture en 2013.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur