Cas client “PME – IT” : IBM à la rescousse de La Belle Iloise pour finaliser un projet ERP

CloudEntreprise

“Après le démarrage difficile” d’un projet ERP, la conserverie La Belle Iloise (Morbihan) doit changer de prestataire. IBM Global Business Services intervient alors “en mode rattrapage”.

Nouvel angle de sujets sur ITespresso.fr : comment les PME exploitent les nouvelles technologies dans le cadre de leurs activités ?

La rédaction proposera des expériences de PME “qui se frottent” aux solutions IT pour gagner en compétitivité.

Nous essaierons d’entendre des témoignages inédits à la fois côté éditeur et côté client pour avoir une vision le plus large des problématiques posées en termes de choix d’infrastructures et d’intégration IT.

Premier cas client “PME-IT” : comment IBM a pris en main la finalisation d’un projet ERP pour la compte de la Belle Iloise.

Présentation de la société :
La conserverie La Belle Iloise, dont le siège social est basé à Quiberon (Morbihan), est à la fois producteur et distributeur de ses produits : gastronomie de poisson de qualité.

Cette PME familiale dispose d’un réseau de 48 magasins en France souvent situés en bord de mer (côtes Ouest et Sud-Est de la France).

Elle dispose d’un effectif de 290 salariés. Son chiffre d’affaires n’est pas communiqué.

Problématique IT :
En pleine refonte d’un système de son système d’information, La Belle Iloise cherche à rattraper le temps perdu sur un projet de déploiement ERP qui a des vocations multiples : évolution de l’organisation, structurer les processus métier, gestion des stocks, respect des process de fabrication…

Elle fait appel à IBM pour finaliser l’intégration et la migration d’un ERP JD Edwards (solution Oracle) “après un démarrage difficile” avec un autre prestataire.

Auparavant, la société disposait déjà d’un premier outil ERP (Navision, racheté par Microsoft) mais elle souhaite moderniser cet outil stratégique afin d’accompagner sa croissance et bénéficier d’outils de pilotage.

Témoignage client PME : Caroline Le Branchu, Directrice générale La Belle Iloise

*2007 : “Nous avons commencé à réfléchir à ce projet en 2007 en organisant des pré-consultation avec des éditeurs et des intégrateurs.”

Un schéma cible, composé d’un  ERP comme architecture centrale et principale et d’outils léger (comme le déploiement de terminaux de point de ventes avec un progiciel de gestion de magasin Hitecy), a été déterminé.

Après appel d’offres, c’est la solution ERP JD Edwards version 8.12 (Oracle) qui est retenue.

*Avril 2008 : Oracle, éditeur de la solution JD Edwards, sélectionne l’intégrateur Whitehouse Consultants France, partenaire Oracle Certified Advantage Partner, basé à Paris, pour déployer ce projet “organisationnel et stratégique”.

Mais le délai initial de déploiement n’aurait pas été respecté. “Il y a des gens hyper compétents chez Whitehouse. Mais le délai de déploiement n’a pas été tenu”.

Caroline Le Branchu décide de réagir. “Ce qui a motivé le changement, c’est le délai. En poursuivant ainsi, nous risquions d’avoir un an de décalage. Cela nous coutait très cher et ce n’était pas rentable pour Whitehouse de continuer”.

La Belle Iloise décide alors de consulter à nouveau le marché pour finaliser la migration.

*Printemps 2009 : un nouvel appel d’offre est réalisé pour la bascule de fin de marché. Sur un lot de quatre à cinq prestataires consultés, trois répondent.

La Belle Iloise choisit une équipe locale d’IBM Global Business Services, installé à Nantes, pour leur “pragmatisme”.

“Nous avions déjà rencontré les représentants d’IBM pour un autre marché (…). Ils nous ont convaincu qu’ils allaient y réussir.”

IBM est finalement retenu en juin 2009. Les travaux commencent aussitôt. L’équipe d’IBM réussit à effectuer la bascule dans le délai imparti : six mois.

Le 31 décembre 2009, la bascule ERP était réalisée.

Témoignage IBM : Eric Taillard, Vice Président IBM France, PME et partenaires
“La Belle Iloise recherchait une meilleure intégration de l’outil ERP pour la production et la distribution.”

“IBM avait pour mission de rattraper le projet avec un déploiement sur un délai court de six mois.”

“Notre savoir-faire d’implémentation rapide et nos contacts de proximité nous ont permis de réaliser cette mission dans les délais impartis”.

Selon le représentant d’IBM France, ce projet, réalisé en “mode de rattrapage avec des solutions IBM”, a permis de simplifier “l’intégration projet”.

Le budget pour le projet ERP
“C’est un budget important pour une PME. Nous l’avons doublé pour faire face aux difficultés”, précise Caroline Le Branchu.

En interne, deux chef de projets (la directrice générale + le responsable informatique) et cinq collaborateurs pilotes ont été mobilisés pour le suivi du projet.

Côté IBM, l’équipe projet était constitué de sept personnes.

La suite du projet ?
“JDE est désormais paramétré. C’est un outil  robuste et performant”, commente Caroline Le Branchu. Mais les efforts “d’évolution de l’organisation” doivent se poursuivre.

Un nouvel appel d’offre devrait être lancé “pour la continuité du projet” (“recherche de stabilisation surtout d’un point de vue opérationnel”).
“On le lancera l’année prochaine”, précise la directrice générale de la Belle Iloise.

* La semaine dernière, la rédaction d’ITespresso.fr a envoyé un e-mail à Whitehouse pour avoir leur point de vue mais nous n’avons pas obtenu de réponse de sa part.

—————— ESPACE LIVRE BLANC ——————————

Optimisation de l’IT, gestion des risques, maîtrise des coûts et continuité opérationnelle.
Pourquoi les PME ont intérêt à confier la gestion de leur IT à un tiers de confiance spécialisé pour gagner en souplesse, réduire leurs coûts et mieux se concentrer sur leur métier.
Consulter le dossier IBM spécial PME sur le mini-site ITespresso.fr – Silicon.fr

—————————————————————–


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur