Ce qui se prépare aux Etats-Unis en 2009 dans la sphère IT

Mobilité

Vnunet.com examine ce qui se prépare en 2009 pour le secteur des nouvelles technologies aux Etats-Unis.

Il est généralement difficile de faire des prévisions dans l’industrie de l’informatique, mais en voici quand même une demi-douzaine. Certaines s’avèreront peut-être inexactes, d’autres justes, mais toutes sont basées sur notre expérience du secteur.

Crispation

Il ne fait aucun doute que les entreprises subiront cette année l’un des climats les plus difficiles depuis les années 1930. Il va être compliqué d’obtenir des fonds, les sociétés ne vont pas acheter et même le grand public, pilier de l’économie occidentale, va précieusement conserver le moindre centime.

Nous avons déjà constaté une pénurie de capital risque pour les start-ups, et la situation va encore empirer. L’une des sociétés de capital risque majeure de San Francisco a récemment tenu une réunion avec les sociétés dans lesquelles elle avait investi. Elle a présenté une image pessimiste de l’industrie. En entrant dans la salle, les participants ont pu voir une pierre tombale gravée des mots “Good times RIP” (“Que le bon temps repose en paix”).

Les start-ups vont avoir la vie dure, mais les sociétés trop endettées ou dont les ventes ne seront pas concrétisées rapidement courent les mêmes risques. La vie va être difficile dans la sphère des nouvelles technologies. Peut-être pas autant que pour l’industrie de la distribution ou de la finance, mais ce ne sera quand même pas très agréable.

Au revoir, Palm

Palm était autrefois leader dans le secteur des terminaux mobiles, mais les activités de la société sont en baisse. Cette année, au CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas, Palm devrait présenter un nouveau système d’exploitation qu’il espère à même de résoudre son revers de fortune. Mais à mon sens, cela ne devrait pas fonctionner. Palm ne devrait pas se relever.

Le problème est que la société se bat sur deux fronts qui, comme l’ont constaté l’Allemagne, puis les Etats-Unis, est une solution vouée à l’échec. Du côté du grand public, l’iPhone empiète sur les ventes de Palm à tous les niveaux, sans que la société n’y puisse grand chose. Apple est “in”. Palm est “out”.

Du côté du marché de l’entreprise, Palm subit les coups de BlackBerry. Research In Motion a construit une base client solide assisté par du matériel et du logiciel très performants. Palm n’a aucune réponse. Ses produits sont corrects, mais n’ont rien de spécial et présentent une intégration logicielle limitée avec la technologie des serveurs.

Palm a peut-être abandonné l’un de ses plus gros avantages dans l’industrie à cause de déficiences en matière de gestion et d’un manque de cohérence au niveau du design. La société va probablement passer 2009, mais je parie que le comité directeur est déjà à la recherche d’un acheteur.

Mort de Vista

Microsoft a déjà donné des signes précurseurs de l’abandon de Windows Vista. Les entreprises ne peuvent pas se permettre d’acheter le système (et les mises à niveau matérielles qu’il nécessite), le grand public n’est pas tenté et aucune publicité ne va changer les choses.

D’un point de vue professionnel, la plupart des administrateurs informatiques ne sont pas trop déçus par Vista. De nombreuses améliorations au niveau des outils de serveur et de la sécurité font de Vista une option viable… mais pas encore assez. A une période où l’argent ne coule pas à flots, il est difficile de convaincre un comité directeur d’investir dans une mise à niveau alors que les profits baissent et que les fonds s’assèchent.

Pour couronner le tout, Microsoft a abandonné l’idée de vendre Vista et fait activement la promotion de Windows 7. Nous ne verrons pas de version fonctionnelle de Windows 7 avant la fin de l’année 2009, mais l’éditeur de Redmond fait de son mieux pour s’assurer que les administrateurs réalisent que XP ne sera pas là éternellement, et que si Vista ne plait pas, Windows 7 plaira.

Apple vacille

Apple a connu une très forte évolution ces dernières années, mais cela va changer en 2009. L’iPod et l’iPhone ont été de forts générateurs de revenus, et ont quelque peu changé la nature de la société. Apple est maintenant plus focalisée que jamais sur l’électronique grand public, mais le grand public n’achète plus.

La société n’a pas fait de très gros progrès dans la sphère du système d’exploitation. Ses parts de marché sont en hausse, mais pas de beaucoup, et sur le marché de l’entreprise, Apple n’est pas particulièrement renommé pour créer du code fonctionnant bien sur les serveurs. En dehors d’industries spécifiques, Apple n’est pas la marque logicielle de prédilection, et cela ne va pas s’améliorer alors que la société continue à se plier aux exigences du marché grand public.

Source d’inspiration incomparable pour le personnel, Steve Jobs ne sera pas là éternellement. Lorsqu’il se retirera, la cote d’Apple en prendra un sérieux coup.

Contrairement à Bill Gates, Steve Jobs ne s’est pas trop préoccupé de trouver un successeur. Il a l’air en forme, mais après son combat contre le cancer, tout le monde attend l’annonce de sa retraite. Et lorsque cela se produira (probablement pas cette année), Apple se retrouvera à la dérive et il faudra un remplaçant extraordinairement bon pour garder la société à flots.

Le Web 2.0 prend un coup

Ces dernières années, nous avons tous entendu comment le contenu généré par les utilisateurs, ou “Web 2.0”, représente la prochaine évolution du Web. Mais alors que les gens se battent pour gagner leur pain quotidien, la quantité de temps passé à l’ajout de contenu à des sites Web va diminuer.

Les adolescents désoeuvrés seront toujours prêts à télécharger des vidéos sur des sites comme YouTube, mais Twitter, ainsi que les petits sites de blog et les réseaux sociaux vont connaître un déclin.

En peu de temps, les investisseurs vont demander un retour sur l’investissement, et tous ces secteurs n’ont pas beaucoup à offrir. La publicité sera plus difficile à vendre, et pour le moment, aucun site communautaire n’a réussi à obtenir un capital suffisant de la part de ses utilisateurs.

Green IT

Le nouveau président américain, Barack Obama a beaucoup parlé de sa volonté de remettre l’Amérique au travail. Ce sera peut-être vrai, mais ne vous attendez pas à un répit pour l’industrie des nouvelles technologies.

Le plus gros des dépenses gouvernementales ne concernera pas les emplois du secteur technologique. Elles seront attribuées à la reconversion des ouvriers pour maintenir des infrastructures nationales : les ponts, les routes et les bâtiments. Les fonds alloués aux personnes travaillant dans l’informatique ne seront pas nombreux.

Les secteurs concernant la technologie des cellules solaires, les logiciels de gestion de l’énergie et le contrôle du réseau électrique ne seront pas dépourvus de capitaux, mais il ne faut pas s’attendre à une avalanche d’argent pour les industries traditionnelles. Les caisses américaines sont vides et l’argent va être réparti avec parcimonie.

Il est généralement difficile de faire des prévisions dans l’industrie de l’informatique, mais en voici quand même une demi-douzaine. Certaines s’avèreront peut-être inexactes, d’autres justes, mais toutes sont basées sur notre expérience du secteur.

Crispation

Il ne fait aucun doute que les entreprises subiront cette année l’un des climats les plus difficiles depuis les années 1930. Il va être compliqué d’obtenir des fonds, les sociétés ne vont pas acheter et même le grand public, pilier de l’économie occidentale, va précieusement conserver le moindre centime.

Nous avons déjà constaté une pénurie de capital risque pour les start-ups, et la situation va encore empirer. L’une des sociétés de capital risque majeure de San Francisco a récemment tenu une réunion avec les sociétés dans lesquelles elle avait investi. Elle a présenté une image pessimiste de l’industrie. En entrant dans la salle, les participants ont pu voir une pierre tombale gravée des mots “Good times RIP” (“Que le bon temps repose en paix”).

Les start-ups vont avoir la vie dure, mais les sociétés trop endettées ou dont les ventes ne seront pas concrétisées rapidement courent les mêmes risques. La vie va être difficile dans la sphère des nouvelles technologies. Peut-être pas autant que pour l’industrie de la distribution ou de la finance, mais ce ne sera quand même pas très agréable.

Au revoir, Palm

Palm était autrefois leader dans le secteur des terminaux mobiles, mais les activités de la société sont en baisse. Cette année, au CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas, Palm devrait présenter un nouveau système d’exploitation qu’il espère à même de résoudre son revers de fortune. Mais à mon sens, cela ne devrait pas fonctionner. Palm ne devrait pas se relever.

Le problème est que la société se bat sur deux fronts qui, comme l’ont constaté l’Allemagne, puis les Etats-Unis, est une solution vouée à l’échec. Du côté du grand public, l’iPhone empiète sur les ventes de Palm à tous les niveaux, sans que la société n’y puisse grand chose. Apple est “in”. Palm est “out”.

Du côté du marché de l’entreprise, Palm subit les coups de BlackBerry. Research In Motion a construit une base client solide assisté par du matériel et du logiciel très performants. Palm n’a aucune réponse. Ses produits sont corrects, mais n’ont rien de spécial et présentent une intégration logicielle limitée avec la technologie des serveurs.

Palm a peut-être abandonné l’un de ses plus gros avantages dans l’industrie à cause de déficiences en matière de gestion et d’un manque de cohérence au niveau du design. La société va probablement passer 2009, mais je parie que le comité directeur est déjà à la recherche d’un acheteur.

Mort de Vista

Microsoft a déjà donné des signes précurseurs de l’abandon de Windows Vista. Les entreprises ne peuvent pas se permettre d’acheter le système (et les mises à niveau matérielles qu’il nécessite), le grand public n’est pas tenté et aucune publicité ne va changer les choses.

D’un point de vue professionnel, la plupart des administrateurs informatiques ne sont pas trop déçus par Vista. De nombreuses améliorations au niveau des outils de serveur et de la sécurité font de Vista une option viable… mais pas encore assez. A une période où l’argent ne coule pas à flots, il est difficile de convaincre un comité directeur d’investir dans une mise à niveau alors que les profits baissent et que les fonds s’assèchent.

Pour couronner le tout, Microsoft a abandonné l’idée de vendre Vista et fait activement la promotion de Windows 7. Nous ne verrons pas de version fonctionnelle de Windows 7 avant la fin de l’année 2009, mais l’éditeur de Redmond fait de son mieux pour s’assurer que les administrateurs réalisent que XP ne sera pas là éternellement, et que si Vista ne plait pas, Windows 7 plaira.

Apple vacille

Apple a connu une très forte évolution ces dernières années, mais cela va changer en 2009. L’iPod et l’iPhone ont été de forts générateurs de revenus, et ont quelque peu changé la nature de la société. Apple est maintenant plus focalisée que jamais sur l’électronique grand public, mais le grand public n’achète plus.

La société n’a pas fait de très gros progrès dans la sphère du système d’exploitation. Ses parts de marché sont en hausse, mais pas de beaucoup, et sur le marché de l’entreprise, Apple n’est pas particulièrement renommé pour créer du code fonctionnant bien sur les serveurs. En dehors d’industries spécifiques, Apple n’est pas la marque logicielle de prédilection, et cela ne va pas s’améliorer alors que la société continue à se plier aux exigences du marché grand public.

Source d’inspiration incomparable pour le personnel, Steve Jobs ne sera pas là éternellement. Lorsqu’il se retirera, la cote d’Apple en prendra un sérieux coup.

Contrairement à Bill Gates, Steve Jobs ne s’est pas trop préoccupé de trouver un successeur. Il a l’air en forme, mais après son combat contre le cancer, tout le monde attend l’annonce de sa retraite. Et lorsque cela se produira (probablement pas cette année), Apple se retrouvera à la dérive et il faudra un remplaçant extraordinairement bon pour garder la société à flots.

Le Web 2.0 prend un coup

Ces dernières années, nous avons tous entendu comment le contenu généré par les utilisateurs, ou “Web 2.0”, représente la prochaine évolution du Web. Mais alors que les gens se battent pour gagner leur pain quotidien, la quantité de temps passé à l’ajout de contenu à des sites Web va diminuer.

Les adolescents désoeuvrés seront toujours prêts à télécharger des vidéos sur des sites comme YouTube, mais Twitter, ainsi que les petits sites de blog et les réseaux sociaux vont connaître un déclin.

En peu de temps, les investisseurs vont demander un retour sur l’investissement, et tous ces secteurs n’ont pas beaucoup à offrir. La publicité sera plus difficile à vendre, et pour le moment, aucun site communautaire n’a réussi à obtenir un capital suffisant de la part de ses utilisateurs.

Green IT

Le nouveau président américain, Barack Obama a beaucoup parlé de sa volonté de remettre l’Amérique au travail. Ce sera peut-être vrai, mais ne vous attendez pas à un répit pour l’industrie des nouvelles technologies.

Le plus gros des dépenses gouvernementales ne concernera pas les emplois du secteur technologique. Elles seront attribuées à la reconversion des ouvriers pour maintenir des infrastructures nationales : les ponts, les routes et les bâtiments. Les fonds alloués aux personnes travaillant dans l’informatique ne seront pas nombreux.

Les secteurs concernant la technologie des cellules solaires, les logiciels de gestion de l’énergie et le contrôle du réseau électrique ne seront pas dépourvus de capitaux, mais il ne faut pas s’attendre à une avalanche d’argent pour les industries traditionnelles. Les caisses américaines sont vides et l’argent va être réparti avec parcimonie.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur