Cédric Hutchings – Withings : “Nous avons ajouté des capteurs à notre nouveau pèse-personne”

ManagementNominationsRégulations
Cédric Hutchings WITHINGS vignette

Fondateur de Withings, Cedric Hutchings revient sur la stratégie de ce spécialiste des objets connectés et présente son tout dernier pèse-personne, désormais capable de mesurer le rythme cardiaque.

ITespresso.fr : Trois ans après avoir révolutionné le marché des pèse-personnes, vous revenez avec une nouvelle génération de votre balance connectée. Sur quoi portent les innovations ?

Cédric Hutchings : Nous avons ajouté de nouveaux capteurs et de nouveaux moyens de communication.  Notre balance est toujours capable de mesurer le poids mais si vous montez dessus pieds nus, nous sommes également capables de mesurer votre rythme cardiaque, qui est un très bon indicateur de votre état de santé.

Nous avons également des capteurs atmosphériques, capables de mesurer la température ambiante et de calculer le taux de CO2. L’isolation thermique provoque bien souvent des problèmes de confinement, de pollution de l’air, et vous pourrez désormais les monitorer avec un simple smartphone.

La dernière innovation vient de l’arrivée du Bluetooth, en plus du Wi-Fi, qui rend l’usage de ces appareils toujours plus simples, avec une activation en moins d’une minute.

ITespresso.fr : Après la communication ou le divertissement, pensez vous que la santé et le bien être seront désormais les principales attentes des consommateurs de produits électroniques ?

Cédric Hutchings : Quand nous avons lancé notre premier produit en 2009, nos clients étaient principalement des sportifs ou des technophiles. Mais notre ambition est de toucher un public beaucoup plus large, en réinventant l’usage de nombreux produits.

Nos client ne veulent plus simplement mesurer leur poids, leur rythme cardiaque ou leur tension. Ils veulent suivre cette évolution dans le temps, être alertés en cas d’incident, comprendre ce qui peut être à l’origine d’une variation à la hausse ou à la baisse.

Et cela ne se limite pas au simple bien être personnel, cela devient un sujet de santé publique.

Nous travaillons par exemple avec le Dr Postel-Vinay, spécialiste de l’hypertension à l’hôpital Georges Pompidou de Paris, qui préconise nos produits à ses patients.

Et aux Etats-Unis, certaines mutuelles proposent même des rabais aux clients qui acceptent de partager leurs données médicales car cela leur permet d’être pro-actifs sur une éventuelle dégradation de leur état de santé.

ITespresso.fr : Après la balance et le tensiomètre , pourriez-vous lancer un thermomètre connecté ?

Cedric Hutchings – Il y a effectivement des défis à relever sur ce segment mais notre prochain produit sera le Smart Activity tracker, un petit appareil portatif qui pourra compter nos pas, capter notre rythme cardiaque, mesurer la distance parcourue et évaluer notre consommation de calories.

Et comme pour nos autres produits, nous comptons bien nous distinguer de la concurrence par une combinaison entre matériel, logiciel et services, couplé à un écosystème de plus de 80 partenaires avec qui partager ces données.

ITespresso.fr : Vous êtes un ancien d’Inventel et on voit de plus en plus de champions français dans l’Internet des objets (ST, Gemalto, Withings, Aldebaran, NetAtmo, etc.). Même si vous ne fabriquez pas en France, ce secteur peut-il contribuer au “redressement productif” cher au gouvernement ?

Cédric Hutchings : Nous assemblons effectivement  en Asie mais nous n’excluons pas de fabriquer en France la gamme Withings, où sont effectivement déjà conçus des composants et des logiciels de nos produits

Nous avons d’excellentes écoles, d’excellents ingénieurs et de nombreux atouts dans cet univers et l’ambition de Withings est effectivement de fournir des produits, à même d’améliorer le bien être de centaines de millions de consommateurs à travers le monde.

Cédric Hutchings WITHINGS

 

 

 

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur