CES 2006 : Blu-Ray et HD DVD sont sur un bateau…

Mobilité

Chaque consortium des futurs formats de DVD haute définition est venu défendre ses choix. Aucun n’a vraiment convaincu.

Avec la fermeture des portes du Consumer Electronics Show de Las Vegas (voir blog dédié), l’heure du bilan arrive. Avec plus de 150 000 visiteurs comptabilisés (dont 23 000 non américains), plus de 2 500 exposants répartie sur 1,6 million de mètres carrés, une centaine de conférences, le salon a une nouvelle fois battu des records de fréquentation et d’annonces. Mais le succès n’est pas au rendez-vous pour tous les acteurs. Et les grands perdants pourraient bien être les industriels du HD DVD et Blu-Ray Disc, les nouvelles générations des formats DVD supposées émerger dans les mois qui viennent.

Chacun des consortium est venue défendre son produit et, au passage, écorner la technologie concurrente. Ainsi, pour Toshiba et consort, développeur du HD DVD, la vingtaine de Go d’espace mémoire supplémentaires qu’apporte le Blu-Ray n’offre aucun avantage décisif. Car les codecs (les algorithmes de compression/décompression des fichiers) qui seront utilisés pour numériser les films sont aujourd’hui assez puissants pour offrir une excellente qualité vidéo haute définition sur moins de 30 Go.

30 Go, c’est justement l’espace de stockage que propose le format HD DVD (sur deux couches par face) contre 50 Go pour le Blu-Ray (également sur 2 couches). Il est admis que la plupart des titres vidéo ne dépasseront pas le 25 Go. Pourtant, qui se plaindra, à surface égale de disposer de plus d’espace mémoire?

Bataille de catalogues de films

D’autre par, pour des raisons de choix technologiques d’optique laser, les disques Blu-Ray (BRD) seraient plus fragiles et donc plus sensibles aux erreurs que ceux du concurrent. A l’origine, les BRD étaient d’ailleurs présentés dans des cartouches de protection. Une configuration rédhibitoire au développement commercial dans la grande consommation (habituée aux DVD sans cartouche).

La Blu-Ray Disc association, via TDK, a mis au point un substrat de protection qui permet d’éliminer la cartouche. Mais le produit ne serait pas finalisé retardant d’autant la sortie des supports BRD.

Problèmes techniques qui expliqueraient les retards du Blu-Ray sur son concurrent. La rumeur veut même que ce retard pèserait sur la sortie de la PS3, la prochaine console de jeux de Sony, qui s’appuiera sur les BRD.

Et si Sony a annoncé une vingtaine de titres cinématographiques qui sortiront avec les premiers lecteurs BRD, les partisans du HD DVD en avancent 200 avant la fin de l’année.

Premiers lecteurs BD-Rom attendus en mai

Pourtant, le 8 janvier, la Blu-Ray Association a livré les spécifications techniques de sa technologie. Un retard qui expliquait en partie pourquoi Microsoft avait décidé d’implémenter le HD DVD dans Windows Vista plutôt que le BRD. L’éditeur changera-t-il pour autant d’avis? Rien n’est moins sûr.

Deux types de disques seront proposés, simple et double face ? soit respectivement 25 et 50 Go de capacité ? dans trois formats : BD-Rom (l’équivalent du DVD Vidéo), BD-R pour les média vierge à une seule écriture et BD-Re pour les média à re-écritures multiples.

Les premiers lecteurs BD-R sont annoncés pour le mois de mai. Pioneer prévoit un modèle à moins de 1 000 dollars. De son côté, Toshiba a présenté lors du CES deux modèles à moins de 800 et 500 dollars (voir édition du 5 janvier 2006).

Quant aux tarifs des médias vierges, Matsushita a évoqué des montants de 18 et 42 dollars en BD-R respectivement pour 25 et 50 Go, et 25 et 60 dollars pour les BD-Re. Des tarifs en l’état plutôt réservés à des usages professionnels. De son côté, Toshiba n’a pas annoncé officiellement de prix concernant ses HD DVD.

Autant de différences et de dissensions qui ne font probablement pas les affaires des distributeurs qui craignent, à juste raison, une réticence des consommateurs face à l’absence de standard véritable.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur