CES 2013 : le Sony Xperia Z était téléphoné

Régulations
Sony Xperia Z

Pour conforter sa place de numéro trois sur le marché mondial des smartphones et titiller le duo Apple-Samsung, Sony joue la carte du haut de gamme. Son fleuron : le Xperia Z.

Emblèmes d’une offensive 2013 de Sony axe sur la mobilité et plus particulièrement les smartphones, le Xperia Z et sa déclinaison ZL ont été dévoilés au CES 2013.

La semaine dernière, un webzine chinois s’était plus précisément risqué à des pronostics quant aux caractéristiques techniques du Xperia Z.

Il avait vu juste pour le processeur Qualcomm Snapdragon S4 Pro (Krait), composant quadricoeur à 1,5 GHz, assorti d’une solution graphique Adreno 320.

Même constat pour les 2 Go de RAM (un nouveau standard pour 2013 ?), les 16 Go de mémoire interne, le lecteur de cartes microSDHC et le capteur photographique Exmor CS à 13 mégapixels avec mode HDR (High Dynamic Range).

Pour jouer dans la même cour que l’iPhone 5 et le Galaxy S3, Sony mise surtout sur un écran de 5 pouces en résolution Full HD (1920 x 1080 points, soit 441 ppi) et une autonomie de 11 heures en communication pour la batterie non amovible.

Parmi les plus-values, un châssis de 146 grammes dont la certification IP57 garantit une immunité contre la poussière et une résistance aux immersions temporaires, jusqu’à 30 minutes à 1 mètre de profondeur.

Autre réjouissance, la compatibilité avec les fréquences 4G françaises (800 et 2600 MHz).

Selon la date de son lancement commercial (vraisemblablement le 2e trimestre), le Xperia Z devrait embarquer Android dans sa version 4.1 ou 4.2 “Jelly Bean”.

Le modèle ZL en est la copie quasi conforme, à quelques détails près. Plus fin, il s’alourdit tout de même (151 g) et son châssis certifié IP55 n’est protégé que contre les jets d’eau.

Originalité, le positionnement de la caméra frontale, déportée sur la partie inférieure, à côté de la touche qui appelle le menu. On note la présence d’un emplacement microSDHC.

En difficulté sur le segment des téléviseurs, en retrait sur les appareils photo et les consoles de jeux, Sony veut s’établir durablement comme le numéro trois des smartphones.

Une place qu’il occupe désormais à l’échelle du globe, aux dépens de RIM et Nokia, avec environ 5% du marché, comme l’ont confirmé les récentes études de Canalys et GFK.

Sur fond de restructuration, le fabricant nippon a renforcé ses investissements, aussi bien dans la recherche et développement que la communication. En point de mire, la Coupe du Monde de football 2014, dont il est l’un des sponsors officiels.

—— Quiz ITespresso.fr ——
Connaissez-vous bien les smartphones qui concurrencent l’iPhone ?

Crédit photo : Sony


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur