CES 2015 : une attraction nommée Xiaomi

4GMobilité
ces-2015-xiaomi

Auteur d’une percée fulgurante sur le marché des smartphones, le Chinois Xiaomi est l’une des attractions du CES 2015.

S’ouvrir à de nouveaux marchés, s’entourer d’un solide écosystème de sociétés spécialisées dans le hardware et dépasser les 100 millions de ventes tous terminaux mobiles confondus : les perspectives 2015 sont à la hauteur du bilan 2014 pour Xiaomi.

Dans l’absolu, le groupe chinois n’a pas atteint ses objectifs ambitieux. Il affiche toutefois une croissance impressionnante au regard des données communiquées par le CEO Lei Jun sur le réseau social Weibo. Sa lettre ouverte aux salariés de la firme – une traduction en anglais est disponible sur Google+ – fait état de 61,4 millions de smartphones écoulés en 2014, contre 18,7 millions en 2013 et 7,2 millions en 2012. En un an, le chiffre d’affaires a progressé de 135 %, atteignant 74,3 milliards de yuans (10 milliards d’euros).

Devenu troisième fabricant mondial de smartphones (et premier en Chine, devant Samsung), Xiaomi a conclu l’année sur une levée de fonds record : 1,1 milliard de dollars, portant sa valorisation à 45 milliards. Une partie de cette enveloppe sera redistribuée sous la forme d’investissements stratégiques dans de jeunes entreprises surfant sur les tendances actuelles en matière de mobilité et d’objets connectés.

Xiaomi a déjà financé les activités d’une vingtaine de sociétés, dont ZiMi (fabricant des batteries externes Mi Power Bank), HuaMi (à l’origine du bracelet connecté Mi Band), Midea (domotique) ou encore Misfit Wearables (“trackers” d’activité). L’objectif à terme est de fédérer une centaine d’acteurs qui développeront des synergies avec l’offre de Xiaomi autour du système d’exploitation MIUI – un dérivé d’Android.

A l’heure où la concurrence s’intensifie en Chine avec Huawei et Lenovo en tête de gondole, Xiaomi continue d’étendre ses activités à l’échelle de la planète. Les premières incursions se sont concentrées sur l’Asie, tout particulièrement en Inde, où les ventes ont dépassé le million de smartphones en cinq mois malgré une interdiction temporaire de commercialisation liée à une bataille de brevets avec Ericsson. Il est aujourd’hui question d’un offensive au Mexique, au Brésil, en Turquie et en Russie… sans confirmation de la part de Lei Jun.

Le fondateur de Xiaomi se montre plus exhaustif sur les innovations à venir. Illustration en milieu de gamme avec un successeur pour le best-seller Redmi. Lancement commercial prévu le 9 janvier en Chine à un tarif de 699 yuans (94 euros) pour ce smartphone 4,7 pouces (1280 x 720 pixels) qui reprend plusieurs attributs de son prédécesseur : 1 Go de RAM, 8 Go de mémoire interne et un appareil photo de 8 mégapixels. Parmi les améliorations figurent la prise en charge de la 4G sur double emplacement SIM, des coloris vert et jaune ainsi qu’une puce Qualcomm Snapdragon 410.

Autre annonce, prévue cette fois pour le 15 janvier à Pékin : l’officialisation d’un nouveau modèle dans la série Mi, positionnée en haut de gamme autour de 300 dollars.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous le Web chinois ?

Crédit photo : Giulio_Fornasar – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur