CES 2015 : l’Internet des objets, la patte de la French Tech

Régulations
ces-french-tech-las-vegas

120 entreprises innovantes françaises (dont 66 start-up) exposent au CES 2015. Dans le segment Internet des objets, Withings, Citizen Sciences et Sigfox jouent le rôle d’ambassadeurs French Tech.

La French Tech débarque en force à Las Vegas à l’occasion du CES 2015, qui ouvre ses portes demain avec 3500 exposants du monde entier.

A travers ce programme gouvernemental visant  à promouvoir les talents du numérique de l’Hexagone, une grande délégation de star-up débarque sur le premier salon high-tech de l’année à mi-chemin entre le grand public et le professionnel.

C’est la 1ère délégation européenne (devant le Royaume-Uni et l’Allemagne) et la 5ème mondiale (derrière la Chine, les Etats-Unis, Taïwan et la Corée du Sud).

Au total, 120 entreprises innovantes présentes sur place dont 66 start-up et 20 invitées par UbiFrance (agence française pour soutenir la croissance des entreprises françaises à l’international). En ce début d’année, celle-ci fusionne avec l’Agence française pour le développement international des entreprises (Afii, qui soutient l’implantation des entreprises étrangères en France) pour créer une nouvelle entité : Business France.

Au nom du gouvernement, Emmanuel Macron (ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique) et Axelle Lemaire (Secrétaire d’Etat au Numérique) seront sur place. Mais aussi Pierre Gattaz, Président du Medef, qui avait déjà le déplacement l’an passé.

Pour l’édition CES 2015, au moins 5 start-up de la French Tech seront distinguées à Las Vegas : Giroptic (caméra capable de filmer à 360 degrés en HD), Citizen Sciences (textiles connectés), Withings (objets connectés), Voxtok (boîtier hi-fi haute qualité audio), et Lima (boîtier de stockage de fichiers).

D’autres ambassadeurs de la French Tech ont également été représentés les couleurs de la France lors de précédentes éditions (mais ils seront aussi présents à cette édition) : Parrot (drones grand public),Withings déjà (balance connectée), Netatmo (bracelet June qui mesure l’exposition au soleil), et Sen.se (dispositif Mother pour rendre tout objet connecté).

L’ Internet des objets (IoT en anglais) est une tendance forte dans la French Tech. Ce domaine fait partie des 34 plans de la Nouvelle France Industrielle élaborés par l’ancien ministre de l’Economie Arnaud Montebourg. Une Cité des objets devrait être érigé à Angers dans ce sens courant 2015.

Outre Parrot et Withings, on peut trouver d’autres représentants IoT comme Sigfox (réseau cellulaire bas débit dédié à l’Internet des objets) qui s’apprête à lever 100 millions d’euros (tout comme Citizen Sciences) et Sevenhugs (application d’analyse de la qualité du sommeil).

Fin 2014, le gouvernement français a décerné les premiers labels d’écosystèmes French Tech (“Métropoles French Tech”)” : Aix-Marseille, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes, Rennes et Toulouse.

La bataille technologique est aussi une affaire d’investissement : un fonds de 200 millions d’euros servira à cofinancer à partir de 2015 des programmes de développement intensif de start-up (“accélérateurs”).

Et une dotation de 15 millions d’euros seront investis “pour renforcer l’attractivité de la French Tech à l’international”. Elle servira notamment à monter une nouvelle édition de la French Touch Conference à New York au printemps.

Revoir la vidéo : Cédric Hutchings – Session LeWeb Paris décembre 2014 :

(Crédit photo : CES)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur