CES 2015 : de la modularité dans les smartphones

MobilitéOS mobiles
ces-2015-modularite-smartphones

Tendance technologique pressentie de l’année 2015, les smartphones modulaires s’exposent discrètement dans les allées du CES. Illustration avec Alcatel One Touch.

TCL joue sur tous les tableaux en matière de mobilité.

Le fabricant chinois, qui exploite la marque Alcatel One Touch (à ne pas confondre avec l’équipementier télécoms Alcatel-Lucent), complète sa gamme de smartphones avec plusieurs modèles qui pourront être livrés aussi bien sous Android que Windows Phone… ou encore Firefox OS.

Le CES 2015, qui ouvrira officiellement ses portes ce 6 janvier à Las Vegas, sera l’occasion pour le constructeur de présenter cette nouvelle série Pixi 3, qui succède aux offres Pixi* (lancée en 2013) et Pixi 2 (disponible depuis 2014), avec cette particularité, pour le client, de pouvoir choisir le système d’exploitation.

La gamme Pixi 3 comprendra quatre modèles de 3,5 à 5 pouces, dont trois dotés d’une connectivité 4G. L’utilisateur n’aura pas la main sur le hardware, mais la liberté qui lui est accordée sur le volet logiciel reflète l’une des tendances de l’année 2015 : la personnalisation des appareils high-tech.

Cette approche est devenue une composante centrale dans la stratégie commerciale de Motorola, à travers le smartphone Moto X, sous Android. La première génération était sortie en août 2013 ; la deuxième a été mise sur le marché en octobre dernier. Le client peut choisir les finitions de la façade et de la coque avec une gamme de matériaux et une large variété de couleurs.

Via sa division ATAP (“Advanced Technology And Projects”), Google est allé plus loin dans le cadre du projet Ara. Le groupe Internet compte s’appuyer sur les avancées en matière de fabrication additive pour laisser aux utilisateurs finaux le choix des composants intégrés dans leur appareil, sur le principe même de ce qui se fait avec les PC.

Ce type de smartphone “en kit” est décomposé en deux parties distinctes. A l’endosquelette, socle de base inamovible qui comprend des éléments essentiels comme les interfaces de communications, viennent se greffer divers modules : processeur graphique supplémentaire, nouvel écran, clavier, etc. Principal objectif : proposer un terminal capable de faire le grand écart de l’entrée au haut de gamme. Une conférence développeurs est prévue le 14 janvier au siège de Google – à Mountain View – ainsi que dans ses locaux de New York, Buenos Aires et Londres.

Une start-up finlandaise baptisée Vsenn s’est également positionnée sur ce créneau il y a quelques semaines. Créée par un ancien de Nokia, elle a dévoilé ses ambitions autour d’un modèle 4,7 pouces en Full HD donnant la possibilité à l’utilisateur d’exploiter les sources AOSP (“Android Open Source Project”) afin de flasher lui-même le smartphone sans mettre un terme à la garantie constructeur. Autres promesses : une compatibilité avec les dernières mises à jour pendant au moins 4 ans après le lancement du produit… et une version unique pour tous les marchés, simplifiant le processus industriel.

* Initialement exploitée par la société Palm, la marque Pixi a été vendue en novembre dernier à une société-écran créée par un haut responsable de TCL.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les meilleurs applications Android pour les pros ?

Crédit illustration : Volonoff – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur