CES 2018 : la French Tech se frotte à l’écosystème numérique mondial

EntrepriseStart-up
ces-2018-french-tech

Sous la houlette de Business France, des centaines d’entreprises et start-up françaises vont exposer leurs expertises au CES de Las Vegas.

Le pèlerinage est désormais bien calé. La French Tech reprend ses marques au CES 2018 avec l’appui de Business France.

Le premier rendez-vous des technologies de l’année se déroulera du 9 au 12 janvier 2018 à Las Vegas avec une communauté importante de start-up françaises. Mais le programme de agence nationale qui accompagne les entreprises à l’international démarrera dès dimanche soir.

C’est devenu une tradition d’afficher la performance de la French Tech : “Avec plus de 360 entreprises dont 320 start-up et 274 sur Eureka Park, l’espace dédié aux startups sur le salon, la France sera cette année encore la 1ère délégation européenne au CES 2018 et la deuxième au monde en nombre de start-ups derrière les Etats-Unis.”

Au-delà de la vitrine mondiale offerte pour exposer ses produits et services, les entrepreneurs français sur place doivent multiplier les contacts sur place pour transformer le déplacement au Nevada en opportunités de business dans un complexe regroupant plus de 4000 sociétés exposantes du monde entier (dont 800 start-up). Il faut s’accrocher.

Au-delà des jeunes pousses, des grandes entreprises comme La Poste, Engie, Valéo, Legrand ou ST Microelectronics viendront accompagner leurs écosystèmes d’innovation.

En qualité d’observateur avisé de l’écosystème start-up et d’expert technologique, Olivier Ezratty regrettait déjà sur sa page Facebook en décembre le côté “Foire de Paris” avec des “une palanquée de pseudo-startups exposantes au CES qui n’ont rien à y faire” et “des accompagnateurs qui font miroiter des alouettes en paillettes”.

Comme d’habitude, le rapport post-CES du consultant en innovation sera précieux pour mieux cerner les tendances du marché, au-delà de l’intelligence artificielle servie à toutes les sauces, la conduite autonome et la 5G. Le rendez-vous pour ses conclusions est déjà fixé : le 1er février au siège parisien de Bpifrance.

Une édition spéciale véhicule connectée

Logiquement, Mounir Mahjoubi est attendu dès lundi (8 mars) à Las Vegas pour représenter le gouvernement et la vague French Tech initiée sous l’ère de la présidence Hollande et maintenue avec son successeur à l”Elysée Emmanuel Macron.

Le secrétaire d’Etat au Numérique sera guidé sur place par Pascal Cagni, l’ex-Vice-Président d’Apple Europe qui a récemment pris la casquette de nouveau Président de Business France.

Ca démarre bien pour l’édition 2018 puisque 31 start-up de la French Tech ont déjà reçu des CES Innovation Awards.

Pour sa part, Business France accompagnera 43 start-up, dont 25 sélectionnées sur le French Tech Pavilion. En complément, onze autres jeunes pousses, suivies plus longtemps par l’agence nationale qui suit l’expansion des sociétés françaises dans le monde, bénéficieront d’un peu de visibilité sur l’Eureka Park. Le tut à découvrir dans le dossier de presse disponible ici.

Pour la première fois, Business France organisera un French Tech Pavilion dédié aux technologies pour le véhicule connecté et autonome (espace Vehicle Technology).

Une thématique qui monte en puissance sur le CES (un espace de 25 000 m2 est dédié à cette thématique), avec la présence des principaux constructeurs mondiaux.

Dans la délégation French Tech, 45 entreprises exposantes évoluent dans ce domaine en 2018 (contre 12 en 2017).

A côté d’ambassadeurs comme Valeo, Faurecia ou Navya, 7 start-up viendront exposer leur expertise : ART-Fi (mesure de la performance des antennes sans fil), Dibotics (capteurs LiDAR), ISFM (smart shuttle), Prove & Run (sécurité et voiture connectée), TrustInSoft (outil avancé d’analyse de code source statique), Xee (plateforme ouverte pour services de mobilité) et YoGoKo (plateforme logicielle de connectivité).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur