Charivari dans les voyages en ligne

Mobilité

Lastminute.com annonce la suppression de 350 emplois alors que le secteur connaît un essor fulgurant. Explications.

Le groupe britannique Lasminute.com a annoncé jeudi un creusement de ses pertes avant impôt au troisième trimestre (25,3 millions d’euros de perte) et en conséquence s’apprête à supprimer 2 400 emplois en Europe – 350 rien que pour la France et ce alors que le nombre de clients internautes est passé en un an de 7,5 à 9,6 millions (La Tribune du 6 août 2004).

Car paradoxalement, ce secteur du commerce électronique connaît une croissance record, la meilleure progression actuelle. Avec une progression de 40 à 50 % en valeur, pour atteindre 1,7 milliard d’euros de chiffres d’affaires, les sites de vacances – et notamment leur champion, Voyages-sncf.com avec 3,235 millions de visiteurs – dominent désormais l’e-commerce. La marge de progression semble, pour les analystes, colossale puisque les ventes de voyages en ligne devraient encore être multipliées par 4 ou 5 dans les cinq prochaines années…

Baisse de 20 %

Oui mais tant de perspectives excitent les convoitises. Et c’est une guerre sans merci que se livrent désormais les Opodo, Promovacances et Lastminute. Ainsi, le prix des séjours vendus en ligne auraient ainsi baissé en moyenne de 20 % l’an dernier. La récente arrivée sur le marché français du leader mondial Expedia ne va faire que renforcer cette coûteuse course à la prise de part de marché. Une course qui profite au porte-monnaie de l’internaute mais qui oblige les vendeurs de voyages à pressurer leurs coûts de structure. C’est ainsi que Lastminute affiche l’ambition de réduire immédiatement ses coûts fixes de 10 %. Et pour cette fois, ce seront 350 salariés qui en feront les frais.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur