Chez France Télécom, le GPRS cache son nom

Cloud
Information - news

L’opérateur de télécommunications France Télécom lance, de façon limitée, ses premières offres de téléphonie de deuxième génération à destination du grand public. France Télécom n’envisage pas de commercialiser ses abonnements en utilisant l’acronyme GPRS. L’opérateur souhaite mettre uniquement en avant la notion de services proposés sur ces nouveaux terminaux.

“Sans les services, la technologie n’est rien.” C’est autour de ce slogan que s’articule la dernière campagne de publicité de France Télécom. L’opérateur, qui doit commercialiser pour le 1er trimestre 2002 des abonnements de téléphonie de deuxième génération, ne fait nulle part mention du GPRS (general packet radio services). “Nous n’allons pas communiquer sur cette norme de communication, comme nous n’allons pas parler de l’UMTS”, explique le porte-parole de France Télécom. Et ce dernier d’ajouter que le grand public n’avait pas les connaissances nécessaires pour appréhender ces différentes technologies. Malgré le semi-échec du Wap – France Télécom reconnaît aujourd’hui que les capacités du terminal ont été surévaluées – c’est pourtant sous ce nom que continueront à être commercialisés les prochaines générations de téléphones.

Dès lors, France Télécom va communiquer sur les services auxquels les abonnés pourront accéder via le nouvel abonnement. En fonction des besoins des clients, les nouveaux terminaux 2G essaieront d’apporter la réponse adéquate : par exemple, un grand écran pour les personnes intéressées par des informations sur le sport, ou clavier ergonomique pour les utilisateurs d’e-mails. Les services ainsi que les terminaux sont les véritables clés de voûte de la stratégie GPRS de France Télécom. C’est pour cela que l’opérateur, dont le réseau GPRS est aujourd’hui aussi étendu que celui du GSM en France, n’a toujours pas présenté son offre. FT attend en fait que le nombre de terminaux soit suffisant. Aujourd’hui, seulement trois sont estampillés France Télécom. Sept à huit terminaux devraient être disponibles au moment du lancement de l’offre à grande échelle.

A partir de 25 Kbits/s

Si le véritable lancement de la téléphonie 2G doit se faire d’ici trois mois, France Télécom propose en prélancement, dans certaines de ses agences, une offre d’abonnement préférentielle. Les quelque 80 000 privilégiés ne paieront que la voix ; les communications data sont gratuites pour une durée de trois mois. Le débit proposé est de 30 Kbits/s. Cet été, l’opérateur avait déjà proposé à 1 000 clients d’entreprises un abonnement GPRS. En 2002, les débits proposés seront compris entre 25 et 30 Kbits/s pour les offres d’abonnement entrée de gamme et au-delà pour le haut de gamme.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur