Chicaneries autour du logiciel libre

Cloud

Les plus grands patrons de l’industrie informatique deviennent les plus ardents défenseurs de Linux et du logiciel libre dans son ensemble. Et certains estiment même que l’aide financière récemment apportée à Corel par Microsoft marque un pas stratégique de l’éditeur de Redmond en ce sens.

“Le mouvement Open Source est naturel, inévitable et génère de très gros bénéfices. C’est un des grands pans de l’informatique de demain, et cela impliquera une participation de l’industrie.” On croirait ces paroles sorties tout droit de la bouche de Linus Torvalds, le créateur de Linux, et pourtant, c’est Carly Fiorina, PDG de Hewlett Packard, qui les a prononcées au cours du symposium Itxpo 2000, organisé par le Gartner Group en ce moment en Floride. Se faisant pour l’occasion le héraut du logiciel libre, Carly Fiorina en a même profité pour fustiger la non-ouverture du projet UDDI, défendu par Microsoft, IBM et Ariba (voir interview du 27 septembre 2000) et a demandé aux patrons de Microsoft et Sun de clarifier leurs positions sur le sujet du logiciel libre. Rendez-vous est donc pris, puisque Steve Ballmer et Scott McNeally doivent également prendre la parole au cours de ce même symposium.

Le patron de Microsoft en profitera peut-être pour éclaircir quelque peu les raisons de la récente prise de participation du géant de Redmond dans Corel. Début octobre, en effet, Microsoft a acheté 24 millions d’actions Corel, sans droit de vote, pour 135 millions de dollars (voir édition du 3 octobre 2000). Si l’apport financier tombe à pic pour Corel, en grande difficulté depuis quelques mois, il pourrait s’agir également pour Microsoft d’un premier pas stratégique vers Linux. En effet, l’éditeur canadien a très fortement axé son développement sur l’OS libre, en créant notamment une distribution Linux de belle facture. Or, une partie de l’accord entre Microsoft et Corel donne le droit au premier de demander au second de porter vers Linux tout ou partie de l’architecture .Net, récemment dévoilée par Microsoft (voir édition du 23 juin 2000).

“Corel a déjà prouvé son savoir-faire en matière de portage d’API Microsoft vers Linux”, a expliqué Chris Le Tocq, un analyste du Gartner Group. “Si jamais, par exemple, la Chine adoptait Linux comme système d’exploitation standard, Microsoft se retrouverait tout à coup face à un vrai concurrent sur le marché des applications. Corel pourrait les aider à remédier à la situation, et éviter que les applications Windows aient recours à l’émulation.” Et de continuer : “Linux est principalement déployé sur le marché des serveurs, et on peut s’attendre à ce qu’il soit bien placé sur celui des terminaux Internet. De manière évidente, .Net doit être fortement présent sur les deux marchés.”

De là à penser que Microsoft pourrait se lancer dans les applications pour Linux, il n’y a qu’un pas. Selon une source interne à Microsoft, citée par le magazine Wired, l’éditeur n’en a pas l’intention pour le moment mais ne rejette pas entièrement l’idée pour autant. Décidément, l’OS libre inventé par Linus Torvalds en 1991 dans sa chambre d’étudiant à Helsinki n’en finit pas de faire tourner les têtes…

Pour en savoir plus :

Le site du Symposium ITxpo


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur