Chine : un premier écran à encre électronique basé sur du graphène

Mobilité
3 5

Une société chinoise a mis au point le premier écran de type encre électronique (e-paper) basé sur le graphène. Ce matériau révolutionnaire, récemment découvert, a un potentiel énorme dans l’électronique.

La Chine vient de développer le premier écran dit à encre électronique (e-paper) basé sur le graphène.

On le doit à Guangzhou OED Technologies qui assure être en mesure de passer au stade de la production de tels écrans dans moins d’un an, selon Xinhuanet. Une partie du site Web de la société chinoise propose un espace dédié à ce champ d’innovation.

Grâce à leurs propriétés intrinsèques, de tels écrans sont plus lumineux et présentent d’autres qualités, telles que la finesse, la flexibilité et la résistance.

Ils devraient ainsi être plus adaptés pour les liseuses et les écrans de fitness trackers lorsque la luminosité extérieure est importante.

Pebble s’était d’ailleurs illustré dès sa première montre connectée avec un écran à technologie e-paper signé Sharp (offrant une fréquence de rafraîchissement plus élevée que les écrans e-ink des liseuses du marché).

L’utilisation du graphène devrait également se traduire par des appareils moins onéreux, dans la mesure où le graphène est un dérivé du carbone. Il est de ce fait beaucoup moins rare que l’indium, un métal utilisé dans les technologies actuelles d’écran à encre électronique.

Le graphène, un substitut du silicium ?

Identifié à l’Université de Manchester en 2004 pour la première fois, le graphène, ce matériau aux propriétés incroyables, ajoute donc une nouvelle corde à son arc.

Souvent qualifié de matériau miracle grâce à sa légèreté, sa souplesse et son faible coût, il est également conducteur naturellement, mais peut être transformé en semi-conducteur et semble de ce fait être le candidat idéal pour supplanter le silicium.

Sa robustesse incroyable fait dire qu’il faudrait le poids d’un éléphant en équilibre sur un crayon pour percer une seule feuille de ce matériau.

Des chercheurs du MIT ont découvert en 2013 qu’il pouvait aussi servir de guide d’ondes plasmoniques. Or, c’est bien dans le domaine de l’optique que ses propriétés pourraient également être mises à profit pour accélérer les débits Internet.

En juin 2013, des chercheurs de l’Université Technologique de Nanyang (NTU, située à Singapour) avaient, eux, développé un capteur à base de graphène capable de détecter la lumière dans un très large spectre, allant du visible à l’infrarouge moyen.

Sa particularité était de présenter une très grande photoréponse ou sensibilité à la lumière.

Le graphène n’en finit donc pas de démontrer son potentiel. A l’avenir, il pourrait tout simplement devenir omniprésent.

(Crédit photo : mmkarabella, Shuttershock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur