Christophe Duhamel (Marmiton.org) : “La cuisine, c’est du partage…comme le Net”

Mobilité

Marmiton.org a soufflé cette année ses 10 bougies. Retour sur les débuts et la montée en puissance de ce site Web dédié à la cuisine avec son co-fondateur Christophe Duhamel.

En 2000, le site Web Marmiton.org a su étroitement imbriquer une passion française, la cuisine, avec les nouveaux outils du Web 2.0, basés sur la création de communautés et le partage.

Ce site, fondé par les jeunes Net-entrepreneurs Christophe Duhamel, Anne-Laure Vincent et Olivier Aboilard, fête donc ses 10 années d’existence sur la Toile.

Intégré au groupe AuFeminin depuis 2006, Marmiton.org ne cesse de monter en puissance et s’est peu à peu imposé comme un des sites Web incontournables en France.

Aujourd’hui, Marmiton.org, c’est 50 000 recettes publiées en ligne, enrichies de 340 000 commentaires d’internautes, et 10 millions de visiteurs uniques par mois.

Retour sur les 10 ans de ce site Web dédié à la cuisine avec Christophe Duhamel, co-fondateur de Marmiton.org.

ITespresso.fr : Comment est née l’idée de Marmiton ?
Christophe Duhamel : Nous travaillions en agence Web et nous faisions des sites pour de grandes sociétés, pas toujours très fun et surtout, avec une grosse résistance à l’innovation. Nous avions envie de “nous lâcher” un peu pour un projet sur lequel nous aurions toute latitude. Nous avons donc décidé de créer notre projet “de démo” autour d’un sujet que nous aimions : la cuisine. La cuisine, c’est du partage et l’Internet un outil de partage. La logique de Marmiton coulait de source pour nous. Et d’ailleurs,  la mayonnaise a pris très vite, au point que nous avons rapidement dû créer une structure de société pour gérer la croissance… et payer l’hébergement des serveurs ! C’est ainsi qu’Anne-Laure Vincent, Olivier Aboilard et moi-même avons créé l’entreprise Marmiton, en novembre 2000.

ITespresso.fr : Quels ont été les principaux points d’étapes de l’évolution de ce site Web au cours de ces dix dernières années ?
Christophe Duhamel : D’abord il a fallu garantir la qualité des contenus : ajuster notre “recette maison” quant à la publication des contenus proposés par les internautes (recettes, commentaires, astuces), pour éviter les fautes d’orthographe, les doublons, les recettes recopiées et autres contenus problématiques. Nous appliquons toujours la même méthode, même si ça nous prend énormément de temps, car c’est le prix de la qualité. Ensuite, la communauté s’est dévirtualisée à travers les “rencontres Marmiton”, au cours desquelles une personne du forum décide d’ouvrir sa maison à tous les marmitonautes qui le souhaitent pour une journée à partager ses réalisations. C’est le sens de l’histoire de se retrouver autour d’une table quand on parle de cuisine sur le Web. Nous avons fait cela pendant quatre ans en plus de nos jobs respectifs, jusqu’à ce que nous nous lancions finalement à plein temps en 2004. Nous avons ensuite embauché, pour aller sur de nouveaux territoires. Ainsi, en 2006, nous avons créé une partie Magazine qui informe les internautes des dernières tendances culinaires. Notre intégration au groupe AuFeminin.com en 2006 nous a donné des moyens supplémentaires pour avancer. En 2007, nous lancions les techniques culinaires en vidéo, qui sont visualisées pas loin d’un million de fois par mois. 2009 fut l’année du lancement de l’application iPhone, qui fut la deuxième meilleure vente de l’année sur l’App Store d’Apple. En 2010, nous dépassons les 50 000 recettes et fêtons nos 10 ans. A cette occasion, nous avons sorti le premier numéro de Marmiton Magazine. Une nouvelle aventure qui a surpris beaucoup de monde.

ITespresso.fr :  Quelle est l’audience du site aujourd’hui ?  Quel est le portrait type d’un internaute surfant régulièrement sur Marmiton ?
Christophe Duhamel : En ce mois de décembre, nous allons dépasser les 10 millions de visiteurs uniques toutes provenances confondues (dont plus de 7 millions en France).
La “marmitonaute” type a pas loin de 30 ans. Plutôt citadine, elle est active sur le Net et participe à plusieurs forums. Fan de mode, de déco et de voyages, elle cuisine chaque jour (sans y passer trop de temps), mais beaucoup plus le week-end… car c’est pour elle une activité agréable, bien loin des clichés de la femme enchaînée à ses fourneaux.

ITespresso.fr : Quelles sont, à votre avis, les clés de la réussite de Marmiton ?
Christophe Duhamel : Au-delà du savoir faire et de la complémentarité de l’équipe fondatrice (qui est toujours présente après 10 ans), les clés sont celles de la réussite de tout projet : beaucoup de passion pour le sujet (nos internautes le sentent), beaucoup de travail, une pointe d’humour (nos poissons d’avril marchent bien, au point parfois de tromper d’autres médias !), une énorme envie d’innover et de sortir des sentiers battus (nous n’aimons pas trop prendre les “autoroutes”, nous préférons les petits chemins)… et surtout l’humain. C’est l’humain qui fait le succès d’un site Web : la qualité humaine que l’on retrouve dans l’équipe tout comme le respect que nous avons pour nos internautes. Il faut aimer les gens pour faire un site de contenu grand public, a fortiori un site communautaire.

ITespresso.fr : Quels sont les prochains projets d’avenir de Marmiton ?
Nous travaillons également sur une application iPad qui utilisera réellement les capacités de ce bel outil en apportant à son utilisateur une aide précieuse pour réussir ses plats. Christophe Duhamel : Notre magazine papier est un réel succès : nous travaillons déjà au numéro deux, en essayant de maximiser la complémentarité entre le online et le papier.
Nous allons participer à plusieurs événements physiques cette année, le premier étant le Festival du Livre Culinaire en mars. Mais nous avons également énormément de projets online, visant d’une part à améliorer nos services de base, mais également à proposer des éléments complémentaires. Nos marmitonautes ne seront pas déçus.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur