Christophe Lefort (RIM France): “30 projets PlayBook en entreprise en France”

CloudMobilitéTablettes

ITespresso diffuse une interview du DG de RIM France datant de fin 2011 pour faire le point sur les smartphones BlackBerry et les tablettes PlayBook. La donne vient de changer au top management du groupe : départ de Mike Lazaridis et Jim Balsillien, arrivée de Thorsten Heins.

RIM change de gouvernance dans une démarche constructive, assure la direction.

Un “comité de directeurs indépendants” avait été mis en place par le conseil d’administration de RIM en vue de donner une grande impulsion en la matière.

Avec la nomination de Thorsten Heins, le fabricant canadien des BlackBerry fournir des efforts pour prouver que cette transition se fait en douceur.

Mike Lazaridis – Jim Balsillien, qui co-présidaient jusqu’ici Research In Motion, laissent la main à Thorsten Heins, qui occupait des fonctions de Chief Operating Officer (là aussi, il y en avait deux dans la compagnie).

“Jim, le conseil d’administration et moi considérons qu’il détient la bonne combinaison du leadership, d’une expérience efficace au niveau industriel et des compétences pour faire avancer la compagnie”, déclare Mike Lazaridis dans le communiqué officiel.

Les changements au niveau du top management vont continuer. Puisque Thorsten Heins prévoit de recruter un Chief Marketing Officer.

Fin 2011, juste avant le break de Noël, nous avions pu nous entretenir avec Christophe Lefort.

Le Directeur général de RIM France avait répondu à quelques questions sur le marché des smartphones et des tablettes.

Recontacté par ITespresso.fr dans la journée du lundi 23 janvier, Christophe Lefort n’a pas commenté directement la nouvelle donne au niveau du top management de RIM mais se déclare favorable à ces changements.

Reste maintenant à savoir dans quelle mesure les projets de l’ère des précurseurs (Mike Lazaridis – Jim Balsillien) seront adaptés dans la nouvelle ère Thorsten Heins…

(Article introductif du jour, interview ci-dessous réalisée le 15/12/11)

ITespresso.fr : Considérez-vous que la concurrence sur le segment des smartphones est plus féroce ?
Christophe Lefort : Elle est dynamique, très présente. La multiplicité des terminaux Android en provenance des constructeurs sur le marché a également eu un impact. Nous avons nos atouts avec l’OS BlackBerry 7 annoncé en février 2011. Nous avons aussi renforcé nos équipes, tout particulièrement en France, et l’investissements des ressources au niveau des applications et des services. Pour le grand public (un marché que RIM a investi il y a maintenant 5 ans), on sait que l’application joue un grand rôle dans le choix de l’utilisateur final qui veut de doter d’un terminal. Tout comme la dimension “d’appareil connecté” et le volet contextuel (BlackBerry Travel par exemple qui se fond véritablement à l’intérieur de votre agenda mobile).

(Lire la fin de l’interview page 2) : tendances en entreprise, ouverture aux autres plates-formes, Playbook…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur