Chromebooks : Google vise les centres d’appels avec Avaya

ChromebookCloudPoste de travail
avaya-google-chromebook

Google et Avaya s’associent pour proposer aux centres d’appels une solution de communication basée sur l’alliance des Chromebooks et de la technologie WebRTC.

Partenariats avec VMware et Citrix dans la virtualisation, offre de services avancés incluant un support technique dédié, passerelles avec la solution de collaboration en ligne Cisco WebEx : sous l’impulsion de Google, les ouvertures se multiplient pour les Chromebooks dans le monde de l’entreprise.

Dernière initiative en date, un accord avec Avaya autour d’une solution de communication multicanale destinée aux centres d’appels. Au coeur de cette offre, on retrouve la technologie WebRTC (“Web Real-Time Communication”), destinée à favoriser la prise en charge native de la voix et de la vidéo au sein des navigateurs Internet.

Un objectif : permettre aux téléconseillers d’accéder aux outils d’Avaya – hébergés dans le cloud ou sur site – en lançant simplement Google Chrome, le tout sans avoir à installer de logiciels ou de modules complémentaires (WebRTC se contente d’API JavaScript). Ce même principe d’universalité est à l’origine du portage, en début d’année, de WebEx sur Chrome OS, grâce à HTML5.

Promu par Google, qui a basculé l’ensemble de ses composantes en open source, le WebRTC doit aussi permettre aux opérateurs en centres d’appels de transférer des conversations à des collègues sans interrompre la communication avec le client. Avec un support hardware : le Chromebook, présenté comme un substitut aux systèmes Windows et aux parcs de clients légers.

Cette nouvelle offre, qui inclut un agent logiciel pour Chrome et une console d’administration, sera proposée à 30 dollars par mois et par utilisateur dans le cadre d’un contrat de trois ans. Le ticket d’entrée est fixé à 900 dollars par poste pour une licence illimitée dans le temps.

Dans l’état actuel, les machines sont à acquérir séparément auprès des quelques industriels (Acer, Asus, Dell, HP, Lenovo, Samsung, Toshiba) qui se sont lancés dans l’aventure Chromebook. Ne dépassant pas 350 dollars, le prix moyen demeure un argument fort à même de séduire les organisations.

A voir en complément, l’interview de Romain Hervé. Cet expert des solutions Google for Work, fondateur de Cirruseo (société de services spécialisée dans l’intégration et la revente de solutions cloud), revient sur l’arrivée des Chromebooks en entreprise.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur Skype ?

Crédit photo : dotshock – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur