Chute d’un iPhone : Apple envisagerait une protection active de l’écran

MobilitéSmartphones
1 1

Apple pourrait bien implémenter un système actif de protection des écrans pour ses prochains iPhone, comme en témoigne un brevet déposé par ses soins.

Changer l’écran cassé de son smartphone n’est pas trivial mais, en revanche, c’est souvent coûteux.

Des sites comme iFixit tentent bien de faciliter la tache des consommateurs avec des tutoriels et des outils dédiés.

Mais, intégrer directement un dispositif de protection de l’écran dans le smartphone semble être le nirvana en la matière. Apple songerait à implémenter ce type de dispositifs dans un prochain iPhone.

La firme de Cupertino a en effet déposé un brevet d’application allant dans ce sens en avril dernier. Mais il est récemment apparu sur le site Internet du Bureau américain des brevets (USPTO pour United States Patent and Trademark Office).

Le brevet déposé décrit l’application en ces termes : « protection active d’écran pour appareil électronique » Sur les schémas descriptifs, on peut voir un iPhone d’ancienne génération affublé d’un tel système.

En substance, il s’agit de 4 emplacements disposés aux 4 coins du smartphone (à proximité des angles de l’écran) qui abritent autant de petits ergots incurvés. Rétractables, ils peuvent soudainement sortir pour offrir une protection à l’écran en cas de chute de l’iPhone. Apple va jusqu’à décrire le matériau utilisé (métal ou plastique).

Ces « tabs », comme ils sont appelés dans le brevet, sont motorisés et le mécanisme est déclenché suite à la détection de la chute.

Suite à l’antennagate (contact de la main sur l’antenne extérieure de l’iPhone), Apple avait proposé des « bumpers » (« amortisseurs ») censés protéger l’iPhone en cas de chute et prévenir tout problème de réception cellulaire lors de la prise en main du terminal.

Ici, ces amortisseurs de nouvelle génération offriraient une protection bien plus efficace.

La détection des chutes se ferait grâce à des capteurs de type accéléromètre et gyroscope ainsi qu’avec les appareils photos. L’accélération détectée, les « tabs » auraient alors quelques dixièmes ou centièmes de seconde pour se mettre en place et minimiser ainsi le risque de bris d’écran.

Avec ses écrans de type Gorilla Glass, Corning offre une résistance aux rayures mais ne peut empêcher à 100% les écrans de se briser en cas de chute du smartphone. Sa nouvelle génération de verre dite Gorilla Glass 4 offre encore plus de résistance aux rayures, tout en minimisant l’impact des chocs.

Corning indique ainsi que son verre miracle ne partira en éclats que dans 20% des chutes (d’un mètre maximum). Difficile à vérifier. Mais, il est en tout cas certain que ce pourcentage augmente lorsqu’il s’agit de chutes avec un faible angle d’attaque (chute avec écran tombant à plat sur le sol). A contrario, le brevet d’Apple semble bien plus adapté à de telles chutes.

Mais, la protection la plus efficace pourrait provenir des écrans à substrat souple en plastique, qui ont la particularité de mieux absorber les chocs.

On gardera à l’esprit que déposer un brevet ne signifie pas systématiquement qu’il sera suivi de la conception d’un produit grand public en vue d’un lancement commercial. Il peut même s’agir d’empêcher la concurrence ou les équipementiers d’avancer sur ce terrain.

Rappelons que si les écrans cassés ne font pas une bonne publicité pour les marques, ils constituent une manne substantielle (qui reste toutefois difficile à chiffrer). Cela est d’autant plus vrai sur des smartphones à plus de 700 euros, dont on changera plus volontiers l’écran en cas de bris de celui-ci.

(Crédit photo : Africa Studio, Shuttershock)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur