Cisco dévoile son concept de Data Center 3.0

Cloud

Le numéro un mondial des solutions réseau a présenté sa nouvelle vision du
centre de données, à l’occasion de la conférence Networkers at Cisco.

Avec la promesse d’améliorer l’utilisation de ses serveurs, Cisco a commencé à unifier ses services d’application réseau dans une nouvelle plate-forme unifiée de centre de données d’entreprise.

La vision du ?Data Center 3.0′ de Cisco couvre aussi bien les produits existants introduits par Cisco au fil des ans dans ses solutions réseau (réseaux de sécurité et de stockage), qu’une série de nouveaux produits.

Cisco considère que l’ère du mainframe comme le Data Center 1.0 et l’actuel modèle client-serveur comme la version 2.0 est révolue. Il faut dépasser cette approche. Sa version 3.0 combine les idées du fabricant concernant l’utilisation du réseau pour la gestion des données au développement des technologies de virtualisation.

Dans son discours d’inauguration de la conférence utilisateur Networkers at Cisco à Anaheim, en Californie, le PDG de Cisco John Chambers a présenté le Data Center 3.0 comme la “transition entre une mentalité de boîtier à une mentalité d’architecture.”

La fabricant a dévoilé Data Center VFrame, qui offre des services d’orchestration au niveau réseau. L’application est capable d’identifier les pics de demande sur un service ou une application et d’ajouter de façon dynamique des ressources serveur supplémentaires. Elle propose également la gestion centralisée de nouveaux systèmes, notamment l’installation de systèmes d’exploitations, de logiciels d’infrastructures et d’applications.

Cisco a par ailleurs dévoilé d’autres nouveaux produits sous l’enseigne Data Center 3.0, parmi lesquels le logiciel d’optimisation Transted WAN qui crypte les données clés sur le réseau afin de garantir l’intégrité des données, ainsi qu’une passerelle XML pour la sécurité des services Web.

Selon John Chambers, Data Center 3.0 établira les fondations d’un ensemble de nouveaux services et technologies qui viendront soutenir de nouvelles opportunités de rentabilité commerciale et de croissance de chiffre d’affaires.

En favorisant la collaboration entre les départements au sein d’une entreprise voire entre différentes entreprises, ces innovations dépasseront la croissance économique qui avait accompagné la première vague d’adoption d’Internet pendant les années 90, ajoute-t-il.

Considérant l’amélioration des communications comme le véritable apport du Web 2.0, le président de Cisco rejette l’idée que la nouvelle vague de services Internet ne serait qu’un jeu d’enfants.

“Pour la prochaine vague de productivité, il ne sera pas question de personnalisation, mais de collaboration”,
assure le numéro un de Cisco. “La collaboration n’est rien de plus que le travail collectif orienté sur une série d’objectifs communs. Le Web 2.0 favorise la communication”, a ajouté John Chambers.

Cisco étoffera par la suite sa gamme de produits Data Center 3.0. Le fabricant prépare actuellement des produits pour des domaines tels que les entrées/sorties unifiées, une structure réseau unifiée, l’auto-diagnostic et la maintenance, la virtualisation de fichiers et l’intégration de machines virtuelles. Les responsables de Cisco ont refusé de fournir davantage d’informations sur la portée de ces futurs produits.

Lucinda Borovick, directrice de la division réseaux centres de
données chez IDC, considère cette décision comme un “grand plongeon” en ce sens que la société manifeste ainsi sa volonté de s’étendre au-delà de son emprise traditionnelle sur le routage et la commutation pour les architectures réseaux.

En l’état actuel, les entreprises utilisent les techniques de virtualisation de serveurs pour consolider leur parc informatique en vue d’une optimisation des ressources. Mais les grands avantages de la technologie résident dans sa capacité à déplacer les applications et les charges de travail de façon entièrement automatisées afin de répondre aux pics de demande et d’améliorer l’utilisation des serveurs. L’utilisation actuelle des ressources exploitées s’établit dans une fourchette de 10 à 25 %. Cisco espère porter ce taux à 50 – 80 %.

“Cisco a défini une vision sur un domaine dans lequel il compte s’investir”, confie Lucinda Borovick. “Il veut transformer l’infrastructure en service. Plus précisément, il cherche la manière de faire évoluer une infrastructure supportant l’IT en services.”

Si l’éditeur de solutions réseau parle de plus en plus de virtualisation, il ne projette pas de développer son propre logiciel de virtualisation. Cisco envisage de prendre en charge toutes les plates-formes de virtualisation courantes telles que Xen ou VMWare.

L’éditeur offre également une interface de programmation d’application (API) qui prend en charge les applications de gestion tierces, telles que Opsware, une société rachetée cette semaine par HP.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 24 juillet 2007


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur